Pierrotleaks: Bris de confiance

Ça y’est, le voile semble le levé, on sait maintenant qui se cachait derrière le fameux blogueur Pierrot. Les recherches d’Akéron couplées au décryptage du dernier billet du site ont permis de faire sortir le chat de son sac: plusieurs personnes étaient derrière le masque Pierrot et, selon ce qui ressort de leur dernier post, il s’agirait de Chaps the idol, Little Tony (87), Guillaume 70, Meodudlye, Serein, Remih, Grimlock, Schlum et Suprememangaka.

Depuis que le tout est sorti sur le bulletin des administrateurs, tout le monde s’échauffe, les noms d’oiseaux volent, les réactions vont dans tous les sens, certains parlent de l’effondrement de la communauté, d’autres évoquent la possibilité de contester en bloc tous les administrateurs de la version francophone de Wikipédia.

Mais, au fond, qu’est-ce qui ressort de tout cet épisode? Quel est l’impact réel des « Pierrotleaks » sur l’encyclopédie? Y aura-t-il des conséquences réelles sur la suite des choses sur Wikipédia? Ce sont des questions qui se posent.

Gede, sur le BA, pose à mon avis la seule vraie question importante:

[C]omment, demain, ferons-nous à nouveau communauté avec ceux qui ont si profondément, si perversement, trompé notre confiance ? (lien)

Ce que fait ressortir cette histoire, c’est un énorme bris de confiance entre toutes sortes d’intervenants et, plus profondément, la difficulté de réparer ce lien de confiance.

*SM* et la communauté

Un des premier touché par ce bris de confiance, c’est l’utilisateur maintenant nommé *SM*. Impliqué, semble-t-il, dans la rédaction du blogue, il a dans le passé souvent utilisé Pierrot comme un appui indépendant à son argumentaire sur Wikipédia. Or, maintenant qu’il se révèle être un des contributeurs de ce blogue et semble être un de ses principaux contributeurs en plus, on ne peut que prendre cet événement comme une énorme duperie qui brise toute confiance qu’on pourrait avoir face à cet utilisateur.

Vous me direz que l’affirmation « semble être un de ses principaux contributeurs » est exagérée; je prendrai deux exemples pour l’étayer. D’abord, si on se fie au message d’Akéron sur le BA, *SM* commentait régulièrement les billets sous le pseudonyme de Pierrot (l’IP associée aux commentaires de Pierrot serait la même que celle utilisée par *SM*). Si cela est juste, on peut supposer que *SM* était une des personnes maintenant le site. Aussi, depuis que je suis sur Twitter et que je suis les comptes de *SM* et de Pierrot, je n’ai jamais pu m’empêcher de penser qu’ils avaient une façon très semblable de tweeter. Pour preuve, je présente ces deux tweets émanant chacun d’un des comptes.

Depuis longtemps, les deux utilisateurs ont des comportements « twitteresques » très proches. Devant les révélations, je ne peux personnellement que penser que *SM* était derrière le compte Twitter de Pierrot.

Que cause cela? Pour moi, l’anéantissement de la confiance que je pouvais avoir envers *SM*. Notons-le, dans la communauté, cet utilisateur cause son lot de controverses et a une relation plutôt houleuse avec maints utilisateurs. Sans prendre position sur ces situations, on peut se demander comment ce nouveau bris de confiance ne viendra pas miner tout son discours…

Plus largement

Pris dans son ensemble, cette histoire atteint une nouvelle fois l’ambiance existant dans la communauté des usagers très réguliers de Wikipédia. Quand on bâtit quelque chose d’aussi grand que Wikipédia, il faut qu’il existe une grande confiance entre les personnes qui participent parce que, sans celle-ci, les relations collaboratives s’effritent, l’humeur générale s’envenime. Comment puis-je travailler avec tel si je ne sais pas s’il se sert anonymement d’un blogue pour ensuite critiquer mon travail? Comment puis-je faire appel à un administrateur si celui qui me répond collabore à écrire un blogue avec celui qui fera l’objet de ma requête? Comment participer à un organe « de justice » comme le CAr quand on y travaille avec une personne qui collabore avec une autre directement mise en cause devant cet organe?

Les révélations autour du blogue de Pierrot n’ont peut-être de conséquences directes sur l’encyclopédie, au sens qu’il n’était pas interdit pour ces utilisateurs de tenir un blogue anonyme sur Internet pour parler de Wikipédia. Cependant, maintenant qu’on semble connaître les personnes derrière le blogue, certaines interactions passées changent de sens, sont teintées de doute. Je vous soumets ici pour démontrer mon point cette conversation sur Twitter:

Sachant que LittleTony87 est en partie Pierrot, comment dois-je maintenant interpréter le tout? Comment dois-je faire confiance à LittleTony87? Je me pose la question.

Pour une encyclopédie (et un blogue) à visage découvert

Je comprends ce qui peut pousser une personne à publier sur un blogue ou sur Wikipédia sous le couvert de l’anonymat. En le faisant, on jouit du pouvoir de dire ce que l’on ressent sans avoir à subir les conséquences de ce ressenti avec notre identité réelle. Lorsqu’on rédige un article de Wikipédia, cela permet de rapporter ce que l’on perçoit comme une vérité sans avoir à subir les conséquences politiques ou sociales de cette vérité. Dans quelques cas particuliers, cette action anonyme permet effectivement de faire avancer les choses et de dépersonnaliser les enjeux.

Cependant, tout publier sous le couvert de l’anonymat fait perdre les questionnements vitaux suivants: « Suis-je capable d’assumer les conséquences de ce que je m’apprête à dire? », « Quelles conséquences auront mes dires sur ma relation avec telle ou telle personne? » ou « Est-il pertinent, dans le contexte actuel, de dire ceci? ». Dans les relations humaines, toute vérité n’est pas bonne à dire et toute personne n’est pas nécessairement la bonne personne pour dire cette vérité. De plus, dans ces interactions, la confiance est un lubrifiant nécessaire à la réalisation de collaborations fructueuses. En se cachant toujours derrière un masque, la confiance est difficile à établir et il y a toujours place au doute.

Alexandre Doria a fait sur le BA une proposition qui m’a complètement fait exploser l’esprit et que je me permet de paraphraser. Notons bien que je ne suis pas capable de poser un jugement sur sa véracité. « Et si *SM* n’était en réalité qu’un Pierrot à l’intérieur de Wikipédia? Un masque cachant le plus souvent une même personne mais qui passe parfois à d’autres, utilisé pour déstabiliser l’encyclopédie? » Lorsqu’on est anonyme, ce genre de suppositions est possible et hautement néfaste pour l’ambiance.

J’invite donc tout le monde à changer de mode: soyez vous-même et seulement vous-même sous une seule identité dans toutes vos interactions en lien avec Wikipédia. Si cela vous empêchera de dire tout haut certains trucs et vous forcera à assumer vos erreurs et vos travers, ça vous permettra certainement d’établir de vraies relations dans Wikipédia et d’obtenir une réelle confiance de ceux qui vous entourent. Personnellement, je m’efforce tous les jours d’être digne de la confiance que vous accordez au pseudo (pas vraiment pseudo) Letartean et je vous remercie humblement de m’accorder cette confiance.

Note: J’espère revenir bientôt sur l’idée proposée par certains de contester l’ensemble des administrateurs dans le sillage de cette affaire. Comme ce texte est déjà long, j’en ferai un autre dans un futur rapproché si c’est toujours pertinent.

Publié dans Mes deux cents, Wikipédia | 9 commentaires

Comment clore une PàS serrée?

Un vote, les PàS? Image: Resizia, CC BY-SA 2.5, (source)

Les pages à supprimer (PàS), le marronnier par excellence de Wikipédia. Pas une semaine ne passe sans qu’elle fasse l’objet d’une discussion philosophique sur le bistro, d’une requête aux administrateurs ou d’une chicane sur Twitter. L’archétype de ces discussions: François Asselineau, dont la page a fait l’objet de dizaines de débats dans la communauté de Wikipédia.

Le problème des PàS, c’est qu’elles mettent en jeu presque tous les principes principaux de Wikipédia et les poussent à la limite. La neutralité du point de vue, la définition d’une encyclopédie, l’admissibilité des articles, le rôle des contributeurs enregistrés et des anonymes, la finalité de l’encyclopédie (être lue par des lecteurs ou correspondre parfaitement à une définition), la notion de consensus et bien d’autres s’y rencontrent et entre en collision multilatérale.

Rappelons qu’il existe fondamentalement trois types de PàS:

  • Celles où il est évident que la page n’a pas sa place sur Wikipédia (prenons une page sur moi-même, Antoine Letarte);
  • Celles où il est évident que la page mérite d’y figurer (pensons ici à Nelson Mandela);
  • Celles qui sont ni évidemment pas à leur place, ni clairement admissibles (prenons ici François Asselineau)

Clairement, les problèmes ne se posent pas dans les deux premiers cas. La gestion des PàS actuelle permet de régler la question de façon efficace. Cependant, quand on arrive dans le dernier cas, dans des sujets sensibles, les choses peuvent facilement dégénérer.

Notons que la plupart du temps, les PàS qui se retrouvent dans le troisième type concernent généralement des sujets qui sont foncièrement récents. En effet, l’absence de recul temporel n’ayant pas permis de faire une sélection de ce qui a une portée historique durable ou de produire une littérature sur le sujet, la question de l’admissibilité en vient à porter plus sur le « potentiel encyclopédique » que sur le réel intérêt encyclopédique du sujet.

Dans cette chronique, j’aimerais exposer quelques chocs des idées importants qui causent tant de problèmes au quotidien dans les PàS. Je proposerai aussi deux portes de sortie qui permettraient, à mon avis, de revenir à une gestion plus saine de ces pages.

Critères d’admissibilité

Un des principaux problèmes dans la gestion des PàS complexes est qu’il n’est pas vraiment possible de créer un critère objectif qui s’appliquerait à tous les sujets et en tout temps. D’ailleurs, si on se réfère à ce qui fait office de critère général d’admissibilité sur Wikipédia, on se rend compte que la chose est assez difficile à satisfaire:

  • avoir été l’objet principal d’un ouvrage publié à compte d’éditeur ou d’au moins deux articles ou émissions espacés d’au moins deux ans dans des médias d’envergure nationale ou internationale.
  • ou être mentionné dans une encyclopédie de référence (Encyclopædia Universalis, Encyclopædia Britannica, etc.)

Par exemple, je suis plutôt certain que beaucoup de villages canadiens, français ou américains ne répondent pas à ces critères. Pour pallier à cette difficulté, on a créé des critères spécifiques pour certains sujets qui sont parfois en directe contradiction avec les critères généraux. Par exemple, en musique, on dit qu’un album peut être admissible s’il a été composé par un artiste important. Or, il est évident que certains albums enregistrés par des artistes importants ne sont pas notables. Par exemple, l’album Special Forces d’Alice Cooper est très mauvais et n’a certainement pas fait l’objet de publications dont il est l’objet principal ni n’a figuré dans une encyclopédie de référence. Cependant, Alice Cooper pouvant être considéré comme un « artiste important », on doit conclure que l’album est admissible dans l’encyclopédie. Bref, ce genre de contradictions entre les critères généraux et particuliers suffit souvent à créer de la discorde dans les PàS.

La défense Pikachu

Je ne peux que remarquer que le rejet de la défense Pikachu a subi un glissement dans les derniers temps. Quand je suis arrivé sur Wikipédia en 2008, il me semble que rejeter la défense Pikachu signifiait de ne pas accepter l’argument selon lequel le fait que Wikipédia contiennent des articles qui n’intéressent pas le grand public [i.e. un article sur Pikachu] impliquait qu’on devait accepter d’autres articles sur des sujets sans aucun lien avec les Pokémons. Je pense qu’il s’agissait d’une attitude correcte. On ne peut pas comparer l’admissibilité d’articles qui n’ont aucun lien entre eux.

Cependant, ces derniers temps, j’ai vu de plus en plus de gens invoquer le refus de la défense Pikachu pour des pages clairement comparables. Par exemple, je pense qu’évoquer le fait qu’un parti politique (appelons-le Parti A) particulier d’importance comparable à un deuxième parti (appelons-le Parti B) est admissible donne un indice d’admissibilité pour le parti B. C’est d’ailleurs un fait que reconnaissent la plupart des critères spécifiques qui ont cours sur Wikipédia: si un joueur de football fait partie de telle ligue, alors il est admissible, peu importe son importance.

Il faut rejeter la défense Pikachu quand elle est utilisée pour remettre en question le sérieux des critères d’admissibilité [e.g.: « vous pourriez accepter mon article sachant que vous acceptez n’importe quel article sur les footballeurs »]. Cependant, quand elle utilisée pour faire une étude comparée [e.g.: « Charizard est un Pokémon d’importance moyenne et admissible selon tel débat d’admissibilité. Bulbusaur est aussi un Pokémon d’importance moyenne. Donc, Bulbasaur devrait être admissible aussi], je ne vois pas pour quoi on refuserait cet argument qui me paraît valable et raisonnable.

La notion de consensus et « les PàS ne sont pas un vote »

Selon les usages de Wikipédia, les PàS ne sont pas un vote. Il s’agit d’une discussion dans laquelle on essaie de dégager un consensus sur l’admissibilité d’une page. Dans une vaste majorité des cas (les PàS du type 1 ou 2), c’est une description juste des choses. Cependant, dans les PàS chaudes où l’admissibilité n’est pas évidente, affirmer que les PàS ne sont pas des votes revient, à mon avis, à se fermer les yeux sur la réalité.

Qu’est-ce qu’un consensus? Selon moi, un consensus est une observation d’une adhésion ou d’un ralliement à une idée, à une proposition par l’ensemble des participants à une discussion. Pour obtenir un consensus, une discussion doit avoir lieu sur un sujet. On ne peut que constater un consensus une fois que tous les interlocuteurs se sont ralliés à une proposition.

Si les PàS n’étaient pas des votes mais bien des discussions où l’on recherche un consensus, on ne verrait pas de sections « Supprimer » et « Conserver » dans lesquelles des dizaines de personnes ne font que passer pour dire « Supprimer: ne correspond pas au WP:CAA. » ou autres formules du genre. Elles ne seraient que de très longues discussions où chaque intervenant fait valoir sont point de vue jusqu’à ce qu’une vision commune soit atteinte. Pour dire qu’une PàS complexe est conservée ou supprimée par l’atteinte d’un consensus, il faudrait qu’un argumentaire se dégage à la fin de la procédure et que celui-ci reçoive l’assentiment de tous les participants.

Transposons une PàS courue comme celle de François Asselineau en dehors du médium d’Internet. S’il s’agissait d’une discussion, on organiserait une journée d’étude sur la question où toutes les personnes intéressées viendraient faire valoir leur point de vue. On prendrait compte de leur avis et à la fin on en viendrait à une position commune. Une fois cette position commune acquise, on s’assurerait de l’adhésion de tous les participants (en observant le consensus) et on s’en irait avec cette vision. S’il s’agissait plutôt d’un vote, on organiserait une campagne référendaire puis on donnerait un certain laps de temps à l’intérieur duquel chaque votant viendrait déposer son avis. À la fin de cette période, on ferait le décompte des votes et l’option en ayant reçu le plus l’emporterait.

Regardez les PàS problématiques des derniers temps; dans quelle situation semblons-nous le plus nous trouver?

Comment traiter les PàS compliquées?

Je fais deux propositions. La première: acceptons le glissement de l’usage dans les PàS complexes et transformons-les en vote à l’issue de la période de discussion normale lorsque la possibilité d’atteindre un consensus devient nulle.

Comment le formaliser? Si après la semaine normale de débat, un consensus fort ne peut être observé parmi les participants, on allonge la discussion pendant une semaine en la transformant en période de campagne référendaire. Pendant cette semaine, les participants font valoir des arguments pour ou contre la suppression. À l’issue de cette deuxième semaine, un vote est organisé et l’option ayant la majorité est adoptée. Si une page fait l’objet d’un nouveau débat après cette procédure, comme cela a été le cas avec François Asselineau, on recommence le processus en augmentant le seuil de renversement de la décision.Par exemple, si la suppression a été décidée, il faut une majorité de 60 ou 70% pour que la décision soit renversée à l’issue de ce nouveau vote.

Je pense qu’un tel procédé serait plus conforme à ce que l’on observe sur la version française de Wikipédia actuellement et aurait l’avantage d’être plus décisif. Actuellement, trop de remise en question peut être faite des décisions et, étant donné l’opposition entre les principes nommés plus haut, chaque personne a raison de tirer la couverture d’un côté ou de l’autre. Une procédure de vote rendrait indépendante des principes contradictoires et se fierait sur la sagesse de la communauté par rapport aux arguments souvent tous valables, mais contradictoires qui sont amenés.

Ma seconde proposition: recentrons les PàS sur la recherche d’un consensus. Pour ce faire, la page de PàS serait libérée de ses contraintes procédurales et de ses sections de « votes ». Dans cette seconde façon de faire, il n’y aurait plus de limite de temps aux PàS. Dans la page, chaque utilisateur serait libre de proposer un argumentaire supportant la conservation ou la suppression de la page. Suite à chacun de ces argumentaires, une discussion aurait lieu pour déterminer sa valeur et vérifier s’il fait consensus. Si c’est le cas, la version est acceptée et la page est supprimée ou conservée selon le cas.

Pendant le temps des discussions, la page resterait conservée. De toute façon, il s’agit généralement de l’usage qui a cours sur Wikipédia: si aucun consensus n’est atteint dans la PàS, la page est conservée.

Dans cette seconde proposition, tous les utilisateurs devraient s’engager dans une réelle recherche d’un consensus. Au lieu de seulement passer et dire leur petit commentaire [e.g.: « Supprimer, pas dans les CAA »], chaque utilisateur devrait revenir sur la page pour y jauger les propositions et s’exprimer sur leur valeur. Ainsi, les PàS reviendraient à leur idée première: on y travaille comme sur n’importe quelle autre page de discussion de Wikipédia en cherchant, par propositions successives, une décision appropriée.

Je sais que ces deux propositions vont faire de la controverse. Il s’agit essentiellement d’un pavé dans la marre. Cependant, il faut constater qu’il y a un problème de fonctionnement dans les PàS actuellement et que la pratique s’est éloignée des règles et des principes qui avaient été imaginés il y a déjà de cela plusieurs années. Quand cela se produit, on peut adapter les règles pour les faire correspondre aux nouvelles pratique (ma première proposition) ou on peut modifier la pratique pour la faire revenir aux principes qui soutenaient les règles (ma deuxième proposition). Sans faire un ou l’autre, je crois que les PàS continueront d’être le marronnier préféré de la communauté wikipédienne.

Publié dans Mes deux cents, Wikipédia | Tagué , , , | Laisser un commentaire

Mise en abyme

Dans ce billet, j’aimerais publier ma réponse à la réponse d’Éliane Daphy au sujet de mon billet publié dans le présent blog. J’ai envoyé ce texte en commentaire à son article mais j’aimerais qu’il soit disponible pour mes lecteurs et pour tous si elle choisit de ne pas le publier chez elle. Je répète une chose importante avant de commencer: je suis toujours ouvert à aider les gens à découvrir Wikipédia et, lors de mes actions, je ne représente généralement que moi-même, en particulier dans ce blogue.

Notez que le texte est l’intégral de ce que j’ai envoyé et doit être lu en considérant qu’il s’agit d’une réponse à son billet sur son site. La lecture préalable de son texte et de celui qui l’a engendré est peut-être nécessaire. Notez aussi que je ne pousserai pas la chose beaucoup plus loin. Une fois que j’aurai rectifié ce qui me semble urgent, je ne continuerai pas à traiter de ce sujet publiquement. Notez finalement que je ne connais pas du tout Éliane Daphy, je n’ai aucunement l’intention de lui nuire et je préférerais que nous ayons une discussion sensée plutôt que de me voir démonisé dans son blog. Je suis toujours convaincu que cette personne n’a pas bien compris le fonctionnement de Wikipédia et qu’elle serait probablement une personne utile pour l’encyclopédie si elle prenait le temps d’en apprendre plus sur la question avec quelqu’un qui s’y connaît. Il est certainement malheureux que la situation ait mené à son bannissement de l’encyclopédie.


J’aimerais prendre quelques minutes pour clarifier certains points puisqu’on me cite dans cet article. J’espère que ce sera une façon d’entreprendre un dialogue posé.

D’abord, vous reprochez à un site d’avoir « pratiqué l’usurpation d’identité et publié des saloperies sur moi. » Peut-être est-ce vrai. Dans ce cas, vous faites bien de spécifier ici que ce site n’est pas de vous et qu’il contient des faussetés. Vous pourriez même porter l’affaire en cour et faire valoir la diffamation pour obtenir réparation. Cependant, ce site n’est d’aucune façon lié à Wikipédia.

Deuxièmement, vous utilisez mes propos pour défendre la thèse selon laquelle Wikipédia serait un site hors-la-loi. J’aimerais expliquer ces propos et dire comment, au contraire, ils sont une incitation au respect de la loi et de ses institutions.

Vous dites, sur la base de mes propos, « Vous avez bien lu : ce n’est pas dans le boulot des administrateurs que de faire respecter le droit dit « droit commun », comprendre la loi hors wikipédia. Wikipedia, comme exception juridique, le propos est clair (mais je n’avais pas compris quand ce billet a été publié qu’en donnant ces explications, Antoine Letarte parlait au nom de la « communauté »). » Il y a plusieurs raccourcis et une fausseté.

Premier raccourci: il est vrai que ce n’est pas le boulot des administrateurs de la version francophone de Wikipédia de faire respecter le droit commun, je réitère cette affirmation. Le raccourci se trouve dans le fait de ne pas terminer la phrase par « il est de la responsabilité de l’hébergeur du site (la Wikimedia Foundation) de s’assurer qu’il respecte les lois et des différentes instances judiciaires de décider des actions à entreprendre en cas de non-respect » En gros, les administrateurs de Wikipédia sont là pour faire respecter les règles de la communauté. Ils sont nommés par la communauté et n’ont aucun autre lien avec l’hébergeur du site que celui de l’utiliser fréquemment, au même titre que vous. Si vous vivez une difficulté de l’ordre du droit commun, vous avez quelques possibilités.

1) Si vous jugez qu’il s’agit aussi d’une règle partagée par la communauté wikipédienne, vous pouvez vous adresser à celle-ci pour qu’elle prenne action, en particulier par l’entremise des administrateurs qui disposent de certains outils les habilitant à prendre action.

2) Si vous sentez que la réponse de la communauté ne vous satisfait pas, vous pouvez vous adresser à la Wikimedia Foundation, l’hébergeur du site fr.wikipedia.org pour lui demander de prendre action. Comme hébergeur, il a la responsabilité des questions légales et répondra à vos demandes et vos mises en demeure. Peut-être que l’hébergeur retirera lui-même les contenus problématiques ou contraire à la loi. Peut-être s’adressera-t-il à la communauté pour qu’elle prenne action. Dans tous les cas, c’est à elle que revient la responsabilité.

3) Si vous vous sentez lésée par une personne en particulier qui a atteint à votre réputation et que les deux derniers points n’ont pas donné résultat, vous pouvez vous adresser aux tribunaux pour obtenir réparation. Chaque personne publiant sur Wikipédia est responsable de ses propres contributions et donc redevable devant les autorités. Par exemple, si je dis des bêtises sur une personne ou que je publie du texte sous copyright, je pourrais faire l’objet de poursuites par les autorités comme si j’avais publié sur Facebook, Google+, dans un journal ou tout autre endroit où je peux faire des publications. Encore une fois, les administrateurs de Wikipédia n’ont aucun rôle à jouer dans cette démarche.

Ainsi, ce que j’ai dit dans mon billet, c’est que les administrateurs de Wikipédia ont la responsabilité de faire valoir les règles de la communauté. Si vous vous adressez à eux pour autre chose, par exemple pour des questions de droit d’auteur ou de diffamation, vous errez puisqu’ils n’ont pas cette responsabilité. La responsabilité revient à l’hébergeur du site ou à la personne qui a publié et c’est par les moyens légaux et judiciaires que vous pouvez faire établir cette responsabilité et demander réparation. À la limite, quand la responsabilité sera établie, la communauté pourra réagir.

Donnons un exemple concret. Supposons que vous identifiez un site illégal qui diffuse des informations diffamatoires. Supposons aussi que ce site est utilisé comme référence dans Wikipédia. Dans un premier temps, vous pouvez vous adresser à la communauté pour lui demander de retirer les liens vers ce site en expliquant vos raisons. La communauté pourra statuer sur la pertinence de ces raisons. Si la communauté juge les raisons pertinentes, elle demandera aux administrateurs de fr.wikipedia.org d’agir. Supposons maintenant que la communauté ne vous ait pas écouté. Vos options sont les suivantes. Vous pouvez mettre en demeure la Wikimedia Foundation de retirer le liens parce qu’il est illégal. Elle jugera elle même si la chose est pertinente. Sinon, vous pouvez vous adresser à un juge pour lui demander de fermer le site problématique et ordonner à ceux qui l’utilisent de cesser de le faire. Dans ce cas, l’hébergeur ou la personne ayant ajouté l’information engageront leur responsabilité s’ils n’agissent pas.

En gros, je ne dis pas que Wikipédia est une site hors-la-loi. Au contraire, je dis que Wikipédia est un site où doit régner la loi sauf que les administrateurs de l’encyclopédie nommés par la communauté ne sont pas les bons acteurs. Les personnes qui engagent leur responsabilité (l’hébergeur et les individus responsables du contenu) et les tribunaux sont les bons acteurs. À chacun ses responsabilités et les moutons seront bien gardés.

Maintenant, dans la suite de votre article, vous vous plaignez du peu de soutien de la communauté. Malheureusement, je pense que vous vous êtes vous-même mise dans cette situation. Plusieurs personnes vous ont offert leur aide pour vous insérer dans la communauté, aide que vous avez refusée. Je vous ai même proposé moi-même de vous aider à comprendre les rôles de chacun et de vous guider; vous avez choisi de faire de moi l’archétype de Wikipédia pour la critiquer. C’est là l’importance de saisir la main tendue que j’évoque dans mon billet. Je vous ai offert gentiment mon aide, vous l’avez refusée. Encore aujourd’hui, je réitère cette offre. Cependant, vous devrez comprendre que sur Wikipédia, ce n’est pas vous qui décidez mais bien la communauté des Wikipédiens. Vous devrez donc apprendre à travailler avec eux et accepter cette réalité. Peut-être des personnes ont-elles tenus des propos inacceptables sur vous dans Wikipédia, elles ont probablement été sanctionnées (dans Wikipédia, selon les règles de la communauté) ou aurait pu l’être. Peut-être pourriez-vous aussi demander réparation à l’extérieur de Wikipédia. Cependant, le problème fondamental qui a mené à cette perte de soutien, c’est votre incapacité à comprendre et internaliser les façons de faire de Wikipédia et votre attitude guerrière qui ont mené à tant d’agitation sur l’encyclopédie. Quand on dérange les membres d’une communauté, il est possible que celle-ci soit moins à l’écoute des problèmes qu’on soulève.

Finalement, c’est la chose la plus importante à rectifier et la fausseté que j’évoquais plus haut, je ne suis pas du tout un messager officiel de la communauté ou son représentant. Les paroles que je tiens sur mon blogue, sur Wikipédia, ici ou par courriel ne sont que l’expression de ma compréhension des choses. Que ces explications soient cautionnées par d’autres, si c’est ce qui vous donne l’impression que je suis le représentant de la communauté, n’est que le signe qu’elles sont en concordance avec les us et coutumes de Wikipédia.

Je me répète mais c’est important. Je pense que ce que j’ai écrit dans mon blogue est valable. Je reste convaincu qu’il n’est pas de la tâche des administrateurs de Wikipédia de faire appliquer les lois du droit commun sur Internet. Leur rôle est de réaliser le mandat de la communauté, c’est-à-dire de faire appliquer les règles définies par celle-ci. Il est de la responsabilité de l’hébergeur et des contributeurs de respecter les règles et lois qui ont cours dans leur juridiction et il est de la responsabilité des polices et des tribunaux de faire respecter ces lois. Pour des questions légales, il faut s’adresser à ces personnes, pas aux administrateurs. Finalement, si vous voulez contribuer à Wikipédia, vous vous devez d’apprendre les us et coutumes de ce site et de vous y conformer. Si vous le faites, vous serez certainement la bienvenue. Cependant, si vous ne voulez pas faire cet effort, comme pour n’importe quelle autre communauté, vous pouvez rester à l’extérieur.

J’espère que vous saurez prendre la main que je vous tends à nouveau.

Amicalement,
Antoine Letarte

 

Publié dans Wikipédia | 2 commentaires

Projets pédagogiques sur Wikipédia : trois erreurs classiques à éviter

Je donne ma conférence sur l’utilisation de mon blogue en classe. Image: @ColloqueTICE, sur Twitter (source)

La semaine dernière, j’ai eu la chance de participer une deuxième fois au Colloque sur les TIC en éducation qui s’est tenu à Montréal. Pour une seconde fois, j’y ai présenté un atelier sur l’utilisation de Wikipédia en classe. À nouveau, malgré un nombre de participants limité, la réception de cette présentation a été enthousiaste et a soulevé toutes sortes de réactions et de questions. Vous trouverez des informations sur ce colloque et les références des présentations que j’y ai données en bas de page [1].

En particulier, une participante m’a demandé quels conseils je pourrais donner à une personne qui serait intéressée à se lancer dans un projet pédagogique réalisé sur Wikipédia avec ses élèves. Plus précisément, elle me demandait quelles sont les erreurs classiques qu’on peut faire lorsqu’on se lance dans un tel projet. Quel beau sujet pour un billet sur ce blogue. Allons-y avec trois erreurs classiques à éviter!

1. Ne pas « apprendre » Wikipédia avant de commencer

Tout le monde utilise Wikipédia (ou presque). Dans le monde de l’éducation, je dirais qu’il faut vivre sur une autre planète pour ne jamais avoir entendu parlé de Wikipédia. Ceci étant dit, avoir déjà consulté Wikipédia ne signifie pas qu’on en connaît toutes les subtilités. Encore moins qu’on en est un expert et qu’on puisse montrer à d’autres comment y participer.

Faisons une comparaison simple. Toute votre jeunesse, vous êtes allé en voiture avec vos parents. Peut-être avez-vous même parcouru des milliers de kilomètres au cours de voyages et déplacements. Certainement, vous avez regardé comment l’adulte utilisait les différents instruments pour contrôler la machine. Maintenant, le jour venu de votre première expérience derrière le volant, avez-vous conduit parfaitement? Vous n’auriez certainement pas pensé inviter quelqu’un d’autre ne sachant pas conduire pour lui montrer comment faire. Autant, dans cette situation, la chose peut paraître absurde, autant certains oublient que cela s’applique aussi avec les nouvelles technologies. Si vous voulez être efficace pour enseigner l’utilisation d’un média ou d’un objet technologique, faites au moins l’effort d’apprendre à le connaître et de le maîtriser avant de vous lancer.

Dans Wikipédia, c’est pareil. Avant de demander à vos étudiants de faire d’énormes modifications ou de les lancer librement dans les articles, apprenez vous-même le fonctionnement du site et essayez de faire plus que ce que vous demandez à vos étudiants. De cette manière, vous saurez les conseiller lorsque viendront les très probables difficultés.

2. NE COPIEZ PAS! (pardon pour les majuscules)

Wikipédia est une encyclopédie publiée sous licence libre (CC BY-SA 3.0, pour être précis). Cela signifie, en particulier, qu’on peut réutiliser son contenu à n’importe quelle fin, même pour des utilisations commerciales (oui, oui, on peut publier un livre tiré de Wikipédia et le vendre dans une librairie) tant qu’on respecte les conditions de la licence. Pour que cette affirmation soit valide, il faut que tous les contenus inclus dans Wikipédia soient compatibles avec une telle licence. En particulier, un contenu copié d’une source qui n’est pas publiée sous une licence compatible et inséré dans Wikipédia (par exemple d’une publication protégée par le copyright) rend cette réutilisation impossible.

Supposons que le langage un peu technique de ce dernier paragraphe soit difficile d’accès pour les non-initiés; voici une reformulation simplifiée: copier du texte d’une source vers Wikipédia, c’est mal.

Quel enfant québécois du primaire n’a pas copié un de ces livres pour une recherche sur les animaux? (Source de l’image et je suis conscient de l’ironie de copier cette image ici, elle est assumée)

Or, c’est le réflexe normal de n’importe qui, particulièrement d’un jeune en formation scolaire. Si je vous demande d’écrire une courte description de votre établissement scolaire, vous irez fort probablement sur le site internet de celui-ci et vous copierez la présentation qui s’y trouve. À la limite vous allez peut-être la reformuler dans vos mots. Les enfants le font très naturellement. Pour mes lecteurs québécois, combien d’entre vous ont copié intégralement le contenu d’un petit livre de la collection « Je découvre le monde merveilleux des animaux » lors d’une recherche au primaire?

Si vous prévoyez un projet pédagogique à réaliser sur Wikipédia ou sur un de ses projets frères, insistez auprès de vos étudiants pour qu’il respectent les droits d’auteurs et qu’ils citent les sources de leurs informations. Le plagiat, c’est grave dans le contexte scolaire mais je dirais que c’est encore pire sur Wikipédia parce que ça brise son fondement, tel que je l’ai expliqué plus haut.

Si vous repérez un étudiant qui fait du plagiat, rapportez ses actions au bon endroit pour que les administrateurs de Wikipédia s’assurent de limiter les dégâts. Soyez clair, net et impitoyable sur ce sujet car son importance est capitale.

3. Voir trop grand

Avoir de l’ambition est une chose louable dans la vie. Ceux qui visent haut atteignent parfois des sommets extraordinaires. Cependant, si vous visez l’escalade de l’Everest à votre première marche en montagne, avec un groupe d’étudiants derrière vous en plus, vous risquez de trouver la chose difficile et même d’exposer vos étudiants à des risques inutiles.

Dans les projets pédagogiques réalisés sur Wikipédia, on fait souvent cette erreur. On se fixe l’objectif d’écrire un article en entier, de créer des dizaines d’articles, insérer des dizaines de sources, de numériser des centaines de pages, etc. Or, il y a beaucoup à apprendre avant d’en venir là. La vérité, c’est que peu de personnes peuvent réellement écrire des articles de très grande qualité et, lorsqu’ils le font, ils prennent des dizaines d’heures pour le faire.

Les embûches sont grandes pour réaliser ces projets d’envergure et, pour éviter la déception, il convient de choisir des objectifs plus modestes. Avec mes étudiants de cégep, j’avais trois heures de cours à consacrer à montrer Wikipédia. Dans ce temps, j’ai pu leur montrer comment créer un compte d’utilisateur, les bases de compréhension nécessaires pour modifier une page et comment ajouter une source avec les balises <ref></ref> et le modèle {{ouvrage|}}. Vous pouvez consulter l’ensemble des pages du projet ici.

Lorsque vous vous lancez dans l’aventure wikipédienne, planifiez correctement votre projet et prévoyez quantité de temps pour expliquer à vos étudiants les bases de la contribution sur Internet en général et sur l’encyclopédie en particulier. Fixez-vous des objectifs modestes et donnez des exemples clairs pour que les étudiants puissent y référer. Rappelons-nous que même les meilleurs peinent à retenir tous les paramètres de tous les modèles de Wikipédia, la plupart du temps on « copie-colle » le modèle voulu d’un exemple existant en changeant les paramètres. Formulez ces exemples pour vos étudiants dans une page de référence.

Pour une expérience agréable

Si vous faites attention de ne pas tomber dans ces trois pièges classiques, votre expérience partira certainement du bon pied. Si on va à l’essence de ces trois erreurs, je dirais qu’on trouve un message essentiel: « Apprenez à utiliser correctement Wikipédia avant de vous lancer pour l’apprendre à quelqu’un d’autre ». Plus vous connaîtrez le média, plus il sera facile pour vous de montrer à quelqu’un d’autre comment l’utiliser.

Maintenant, cela ne signifie pas qu’il vous faut écrire des dizaines d’articles ou obtenir quelque reconnaissance dans la communauté des Wikipédiens. En vous fixant des buts raisonnables que vous savez vous-même réaliser, vous aurez certainement une grande quantité de plaisir à contribuer avec vos étudiants.

À Rome, faites comme les Romains. Image: Aaron Logan, CC BY 1.0 (source)

Terminons par un petit conseil. Wikipédia est une communauté. Des milliers de personnes y travaillent ensemble et pour ce faire, ils ont bâtit une quantité de règles et de façons de faire. Trop souvent, les personnes débarquent font un petit tour et se mettent à crier contre les façons de faire. Dites vous que Wikipédia est un nouveau pays que vous visitez et, comme dans un voyage, faites à Rome comme les Romains.

 

Notes

[1] Le Colloque sur les TIC en éducation est organisé par le CRIFPE et en est à sa deuxième édition. En 2012, j’y avait fait une présentation avec Simon Villeneuve, en collaboration avec Benoît Rochon sur l’utilisation de Wikipédia en classe. Cette année, j’y ai fait deux présentations respectivement sur l’utilisation de Wikipédia en classe et l’utilisation d’un blogue en méthodes quantitatives.

Publié dans Licences, Pédagogie, Québec, Uncategorized, Wikipédia | Tagué , , | 3 commentaires

P.K. c’est voler (Encore un plagiat de Wikipédia)

Le plagiat de Wikipédia est chose courante. À tort, certains pensent qu’on peut prendre n’importe quel texte sur l’encyclopédie et le coller sur son site web personnel. Fait à petite échelle, ce n’est pas nécessairement choquant. Je pense que tout le monde a déjà fait une action du genre: « J’ai besoin d’une image de chat; je tape « chat » dans Google; je copie la première image de chat que je trouve sur mon document ».

Dans ce contexte, cela s’assimile à mon avis à du « fair-use ». Réutiliser du contenu pour faire des trucs personnels qui n’ont pas de visée commerciale n’est pas très dommageable pour personne.

Cependant, à une échelle commerciale, j’ai beaucoup de difficulté à comprendre pourquoi les boîtes de communication n’ont toujours pas compris qu’on ne peut pas juste copier du contenu à gauche et droite pour faire un site web. Par exemple, comment des médias sérieux tels que des journaux ou des sites web de postes de télévision nationaux peuvent-ils encore mettre sérieusement des images avec la mention « Source: Twitter » ou « Image: Google ». C’est un mépris tellement complet du travail des individus qui créent ces contenus multimédia.

Copier le contenu de Wikipédia pour remplir un site entre dans la même catégorie. C’est même encore pire parce que Wikipédia est disponible sous une licence qui permet la réutilisation à quelques restrictions faciles à respecter près. Alors, pourquoi personne ne le fait correctement?

J’ai rapporté dernièrement un cas assez accablant. Suite à la nomination de Dany Laferière à l’Académie Française, l’organisme (formé en très grande partie d’auteurs qui vivent de leur art) avait copié intégralement la page de biographie de l’auteur québéco-haïtien pour faire la présentation sur son site web. Malheureusement, suite à cette histoire, au lieu de mettre le crédit à Wikipédia tel que je le mentionnais dans mon billet (et dans le courriel que je leur ai transmis et pour lequel je n’ai reçu aucune réponse), l’Académie a retiré le texte pour le remplacer par un autre qui n’était plus tiré de Wikipédia.

Bis repetita non placent

PKWIKI

J’utilise ce screenshot pour critiquer le site web, tel que le permet la loi sur le droit d’auteur. On y voit le texte copié de la version anglophone de Wikipédia.

Aujourd’hui, le joueur de hockey du Canadien de Montréal P.K. Subban a lancé son nouveau site web. Conçu par la firme 4th Pixel, le site présente une biographie de l’athlète portant sur sa carrière de hockey qui est en partie pompée de la version anglaise de Wikipédia.

Aurait-il été si difficile de réaliser une courte entrevue avec l’athlète pour son propre site web, en lui demandant de relater les moments marquant de sa carrière? N’aurait-il pas été possible de créer un nouveau texte en s’inspirant de Wikipédia et d’autres sources? Ou, encore plus simplement, n’aurait-il pas été si facile de citer correctement la source et respecter la licence de Wikipédia.

C’était si facile… Une mention « This bio was extracted from the article P.K. Subban of Wikipedia available under the CC BY-SA 3.0 licence. The authors list of the original article can be seen here. » et le tour était joué. Le tout aurait pu être écrit en petit dans le bas de la page et la licence aurait été respectée.

À la place, les créateurs du site ont choisit de violer le droit d’auteur de toutes les personnes qui ont contribué à l’article de Wikipédia et d’utiliser ce contenu qui a été mis à leur disposition sous de simples condition pour leur propre profit.

Encore une fois, j’espère que les créateurs du site auront vent de ceci et feront la bonne chose : être honnête, reconnaître qu’ils ont fait erreur et modifier le site pour faire apparaître la source, les auteurs et la licence de la manière que je l’ai écrit plus haut. J’espère qu’ils n’auront pas le réflexe de « pris la main dans le sac » en enlevant le contenu et en le remplaçant par autre chose.

Lorsque je vois ce genre de choses, je me dis que j’ai vraiment hâte qu’un auteur d’une de ces pages de Wikipédia poursuive les créateurs de site web ne respectant pas les conditions de la licence. Peut-être que cela permettrait de faire passer le message dans toutes les facultés de communication du monde: « Wikipédia (et la plupart des sites internet du monde) n’est pas quelque chose qu’on peut simplement copier. Il faut respecter le droit d’auteur et les conditions de la licence, de la même façon que vous espérez que nous respections le vôtre. »

Publié dans Licences, Wikipédia | Tagué , , , | 4 commentaires

Cet étrange revirement de responsabilité

Certaines histoires méritent d’être notées pour qu’elles puissent servir de référence. J’aimerais prendre une petite pause de la discussion sur le comité d’arbitrage pour relater quelques événements s’étant produits dans les derniers jours. Ils sont des manifestations d’un drôle de comportement humain que j’aimerais vous souligner et qui me fait sursauter à chaque fois que je l’observe. Pour ceux qui attendent le dernier billet de la série sur le CAr, ne vous inquiétez pas, il viendra bientôt. Une section « TLDR » se trouve à la fin de ce billet pour ceux qui voudraient en connaître l’essentiel.

Ce dont je veux vous parler vient plutôt de mon expérience d’administrateur de Wikipédia. J’ai été élu à ce poste par la communauté il y a presque deux ans et demi et, notons-le, je n’ai jamais été contesté dans ce poste. Rappelons aussi que le rôle des administrateurs de Wikipédia est de faire la maintenance du site à l’aide des outils supplémentaires qui leur sont prêtés et de protéger le site contre la dégradation qui peut être faite.

Dans le cadre de mes actions d’administrateur de l’encyclopédie, je suis récemment intervenu dans deux situations assez semblables qui ont eu des résultats similaires plutôt surprenants.

Contexte

Le 3 février dernier, je me suis réveillé un matin et suis allé visiter ma liste de suivi sur mon iPad. J’ai constaté en faisant la lecture de la page qu’une guerre d’édition avait lieu sur l’article Famille Montesquiou mettant aux prises l’utilisateur Correcteur21 et une ip. Il faut savoir que j’avais cette page en suivi non pas parce que je m’intéresse à ce sujet, mais parce que j’étais intervenu sur un conflit vu lors d’une patrouille sur la page Noblesse française qui avait débordé sur la page de cette famille. Voyant la guerre d’édition et les 5 reverts et contre-reverts faits, je suis allé voir les pages de discussion des deux contributeurs et de l’article en question et y ai remarqué un avertissement de Lomita à Correcteur21 sur sa pdd et sur la pdd de l’article à tous les contributeurs. Considérant ces deux personnes impliquées dans une guerre d’édition et précédemment averties, je les ai bloquées sur le champ pour trois jours.

Hier, le 10 février, un contributeur (Nashjean) est venu déposer une requête pour que je protège la page Zinédine Zidane puisqu’elle faisait l’objet d’une guerre d’édition. Tout de suite après, Hercule est venu argumenter sur ma pdd. Il venait continuer la chicane qui avait amené Nashjean à demander mon intervention. N’étant pas disponible à ce moment exact, je leur ai dit de cesser les modifications et de discuter en pdd. Une heure plus tard, ayant été libéré, je suis allé voir l’état des lieux sur l’historique de la page Zinédine Zidane et y ai constaté que Nashjean et Hercule avaient fait chacun dix révocations. J’ai déposé un avertissement les enjoignant de ne plus modifier la page et suis parti. En revenant, constatant qu’ils avaient fait encore un revert, j’ai bloqué les deux contributeurs pour une journée. Je tiens ici à faire remarquer que Hercule et Nashjean cumulent plus de 440 000 modifications à fr.wikipédia. Il serait donc plutôt audacieux de penser qu’ils ne sont pas au courant des règles de l’encyclopédie, en particulier celles parlant des guerres d’éditions.

Étrangetés

Il est déjà étrange de voir l’extrême ressemblance entre ces deux situations, séparées seulement de quelques jours. Il est aussi assez surprenant de devoir utiliser ses outils d’administrateur pour bloquer deux contributeurs assez importants de l’encyclopédie. Cependant, la plus grosse étrangeté de ces situations se trouve ailleurs, dans la réaction des contributeurs bloqués.

Réagissant à leur blocage respectif, Correcteur21 affirme, dans sa première contribution suivant son blocage, « Ne crois-tu [il s’adresse à moi] pas que le sens de ton intervention encourage et valide le non-respect des règles de Wikipédia? » et Hercule déclare, suite à mon message de blocage « C’est lamentable de me bloquer au même niveau que lui, alors que j’ai cherché depuis le début à ce que l’on passe par la page de discussion. » C’est là l’étrange revirement de responsabilité qu’annonce le titre de ce billet.

Je dois l’avouer, je suis très surpris de voir mes actions (des simples blocages de contributeurs impliqués dans des guerres d’éditions facilement observables sur des pages où je n’ai aucune autre implication) être qualifiées de lamentables ou de validatrices du non-respect des règles de Wikipédia.

Soyons clairs. Les guerres d’éditions ne sont pas acceptables sur Wikipédia. Quand une information est ajoutée sur un article et fait l’objet d’une controverse entre les rédacteurs, il n’y a aucune autre solution que de stopper la modification de l’article et de passer en page de discussion pour trouver un consensus. Faire des reverts jusqu’à ce qu’une des parties se fatigue est une stratégie qui n’est pas acceptable et qui est passible d’un blocage. La règle de référence dans ce domaine est la « règle des trois révocations » (R3R). Elle stipule, dans sa version résumée:

Un contributeur ne peut effectuer trois révocations ou davantage sur tout ou partie d’un article sur une durée de 24 heures consécutives. Cela ne veut pas dire que moins de trois révocations successives sont nécessairement acceptables.

C’est assez clair. Ce qui est aussi très clair, c’est que toutes les personnes que j’ai bloquées dans ces épisodes avaient largement dépassé les limites de cette règle, justifiant amplement leur blocage.

Je me permets de faire, à ce moment-ci, une petite digression sur la R3R. Elle est utile et explique clairement les choses. Cependant, je ne peux m’empêcher de penser qu’elle laisse tout de même la possibilité de faire deux révocations inutiles. Je pense qu’il faudrait que tous les contributeurs réguliers de Wikipédia s’en tiennent plutôt à la « règle des zéro révocations » qui stipule qu’un contributeur ne devrait jamais révoquer un ajout qui n’est pas un vandalisme patent ou une fausse manipulation et toujours entreprendre une discussion visant à faire ressortir un consensus avant de faire une modification. Nous nous assurerions ainsi de prendre l’habitude d’établir le consensus en discutant plutôt qu’en nous donnant la permission de faire deux révocations avant de débuter le dialogue.

Maintenant, pourquoi renverse-t-on la responsabilité dans ces deux situations? Je pense qu’il convient de l’expliquer. Selon ma compréhension, Hercule et Correcteur21 voient les choses ainsi: « Deux personnes différentes ont fait des séries de révocations avec moi et pourtant Letartean n’a bloqué que moi et la dernière personne avec qui j’étais en conflit ». J’avoue que dans les deux cas, c’est la vérité. J’aurais pu bloquer d’autres personnes dans ces deux exemples de guerre d’édition. Cependant, je ne l’ai pas fait. Je pourrais donner différentes raisons qui expliquent ce choix.

Premièrement, je vois mon rôle d’administrateur d’abord comme un protecteur de l’encyclopédie. Mon rôle est donc de faire cesser les comportements problématiques qui dégradent l’encyclopédie. Lorsque mes actions permettent d’atteindre ce but, je ne vois pas la nécessité de poursuivre mes actions plus loin. Dans les deux cas, les guerres d’éditions ne se sont pas poursuivies après mes actions d’administrateur.

Deuxièmement, je considère qu’il n’est pas nécessaire de faire tous les blocages qui pourraient être faits sur Wikipédia. Ce qu’il faut, c’est établir les limites et expliquer celles-ci. Les personnes bloquées ou qui observent ces blocages sont donc face à deux réactions: soit ils entendent le message et ne posent plus ces actions problématiques, soit elles continuent dans la même voie et recevront aussi un blocage. Ainsi, il suffit que Hercule et Correcteur21 comprennent qu’il ne faut pas faire de guerre d’édition et qu’ils rapportent aux administrateurs les situations problématiques lorsqu’elles se présentent pour que les autres soient bloqués et pas eux.

Troisièmement, et c’est non négligeable, je n’ai pas toujours le temps de remonter les historiques et de faire dix blocages, dix messages, dix suivis. Ainsi, quand je constate un comportement problématique, je fais certaines actions que je considère suffisantes pour le temps que j’ai et je m’assure qu’elles atteignent le but visé. Dans les deux cas, ç’a été le cas. Si les personnes concernées considèrent que d’autres actions auraient dû être prises, elles peuvent se rendre sur les requêtes aux administrateurs et demander à la communauté des administrateurs de prendre ces actions en justifiant leur demande par des arguments et des diffs.

Ce qu’il aurait fallu faire

Plutôt que de blâmer un administrateur qui a dû intervenir sur les dégâts qu’ils ont causés, peut-être que ces personnes devraient plutôt se concentrer sur leur propre responsabilité dans ces histoires. Plutôt que de dire que mes actions sont navrantes ou qu’elles encouragent le non-respect des règles de l’encyclopédie, peut-être devraient-elles constater que c’est leur propre non-respect des règles de l’encyclopédie qui a mené à leur blocage. Si ces personnes s’en étaient tenues à indiquer leur désaccord sur la pdd et de faire la discussion à cet endroit plutôt que de faire des dizaines de révocations, nous n’en serions pas là. Aussi, si elles avaient averti les administrateurs dès les premiers non-respects de la discussion par leurs contradicteurs et n’avaient fait aucune révocation en attendant l’action des sysops, je ne serais pas en train d’écrire ce billet.

Il aurait fallu que ces personnes réalisent qu’il faut être deux (ou plus) pour faire une guerre d’édition et que, peu importe ce qui s’est passé autour, elles ont été une de ces personnes. Si elles n’avaient pas participé à ces guerres, nous serions plutôt à discuter des blocages des personnes qui n’auraient pas respecté le consensus ou la discussion.

« Bien faire et laisser braire », j’imagine.
Sous licence CC-BY SA 3.0. Auteur: Jamain (source)

Toute cette situation me ramène à ce que j’avais déjà dit dans un billet précédent. Quand on a eu tort, la meilleure façon de s’en sortir est d’accepter son erreur et de changer son comportement. Drôlement, Correcteur21 m’a cité ce billet à charge contre moi, alors qu’il était en train de faire exactement le contraire de cela. Certains pourraient arguer: « Et toi, tu refuses aussi de dire que tu as eu tort de ne pas bloquer ces autres contributeurs qui ont participé aux guerres d’éditions? » Pas vraiment; j’ai dit clairement que j’aurais pu le faire mais que j’ai décidé de ne pas le faire. J’ai aussi suggéré à ces deux personnes de faire valoir leur point en WP:RA si elles jugeaient que ces sanctions étaient nécessaires. Aussi, il ne faut pas perdre de vue la « big picture »: je n’ai pas participé à aucune guerre d’édition, je n’ai agi que dans le but de protéger l’encyclopédie de la dégradation, but qui a manifestement été atteint étant donné que les guerres d’édition ont stoppé. Oui, j’accepte bien d’être critique face à ma démarche. Cependant, je n’ai pas, à mon humble avis, fait de torts dans cette histoire. On ne peut pas me reprocher de ne pas accepter mes torts alors qu’ils n’existent pas. Dans le cas de ces contributeurs, ils ont bien dépassé les règles de l’encyclopédie et ont eu tort.

TLDR;

Si vous vous retrouvez face à une personne qui insère un texte controversé dans un article qui vous est cher, voici la démarche à suivre:

1. Révoquer une fois en indiquant clairement que l’info est controversée et qu’elle ne devrait pas être réinsérée sans consensus en pdd.

2. Informer toutes les personnes concernées qu’une discussion a lieu sur la question.

3. Avertir les administrateurs du passage en force si une personne ne respecte pas la discussion que vous avez commencée en pdd.

4. Ne faire AUCUNE autre modification de l’information avant qu’un consensus ne soit explicitement constaté.

5. Être ouvert à la discussion.

De cette façon, il sera facile de bloquer les personnes qui ont tort et de ne pas vous bloquer alors que vous étiez de bonne foi.

Publié dans Mes deux cents, Wikipédia | Tagué , , , | 4 commentaires

Parlons CAr (partie 2)

Dans mon précédent billet, j’ai expliqué pourquoi je considérais que les critiques portant sur l’auto-saisine dans la décision du CAr à laquelle j’ai participé dernièrement ne me paraissent pas fondées. J’aimerais maintenant répondre à deux autres critiques qui ont été faites par rapport à la conclusion de l’arbitrage Touriste-Patrick Rogel.

Rappelons ces critiques:

  • Les arbitres ont inventé une notion d’ »incivilité » plutôt que de faire référence aux règles de Wikipédia;
  • Les arbitres ont rendu une décision difficile à opérationnaliser ou à comprendre pour les administrateurs.

Sur la notion d’incivilité

J’avoue que cette critique me laisse pantois. La notion d’incivilité est assez claire. Référons-nous à Wikipédia: Incivilité désigne un comportement qui ne respecte pas une partie ou l’ensemble des règles de vie en communauté telles que le respect d’autrui, la politesse ou la courtoisie. D’ailleurs, le respect des règles communautaire et le respect d’autrui font partie des principes fondateurs de l’encyclopédie. En gros, la décision interdit à Patrick Rogel d’aller à l’encontre des règles de savoir vivre de l’encyclopédie et fixe un cadre de sanction s’il le fait.

Je vois mal ce qu’il y a de difficile à comprendre là-dedans. En gros, les arbitres ont constaté des manquements à ces règles de savoir-vivre et enjoignent les administrateurs de punir sévèrement d’autres manquement qui pourraient venir dans le futur. On aurait pu choisir d’autres termes ou faire référence à une règle particulière mais, au fond, les choses sont claires. Peut-être faudrait-il ajouter un lien formel vers le PF concernant les règles de savoir-vivre sur le mot incivilité pour que tout soit clair?

Touriste a utilisé ce mot lors de sa demande, les témoins ont aussi parlé de ce terme dans leurs textes. Pourquoi les arbitres auraient-ils dû changer le terme?

Une décision difficile à comprendre ou à mettre en action

Je pense qu’il s’agit là de la critique la plus fréquente sur la décision rendue. Dans un certain sens, je peux comprendre le point qui est soulevé mais je trouve qu’il est prématuré de juger la décision incompréhensible ou inapplicable et de s’en tenir à ça.

Il faut rappeler une chose d’abord. La façon la plus simple de ne pas avoir trop de problèmes avec l’application de la décision serait que Patrick Rogel saisisse l’essentiel du reproche qui lui a été fait et qu’il s’applique à se corriger. En répondant gentiment aux personnes qui le contredisent, en expliquant sur les pdd plutôt que de révoquer en ajoutant des commentaires lapidaires, il réglera la plupart des problèmes et la décision sera facile à faire valoir; il n’y aura rien à faire.

Supposant maintenant que PR ne s’amende pas et que quelqu’un fasse une réclamation à son encontre. Le processus spécifié par la décision est le suivant: la personne se sentant lésée dépose ses allégations sur les RA en faisant référence à la décision des arbitres. Les administrateurs jugent de la validité de l’allégation. S’il la jugent valable, ils enjoignent PR de corriger son incivilité avérée par un moyen approprié (excuses, retour en arrière, discussion posée visant au consensus, etc.) sans que les administrateurs aient à lui suggérer une solution. S’il le fait dans un délai raisonnable, les administrateurs pourront juger de la pertinence d’appliquer les sanctions. S’il ne le fait pas, ils appliquent les sanctions, de façon croissante à chaque fois.

Oui, c’est différent de l’habitude. Cependant, dans le cas d’incivilités claires, les choses se feront rondement. Si PR s’en prend verbalement à un autre contributeur et que tous les administrateurs s’entendent pour dire que ce n’est pas acceptable, la situation sera vite gérée.

Aussi, je vois pas pourquoi les administrateurs ne pourraient pas référer les plaignants au CAr en cas de difficulté. Dans un cas où l’incivilité serait difficile à caractériser, il suffirait de dire au plaignant de présenter sa demande au Comité d’arbitrage. Dans un tel arbitrage, le plaignant présenterait simplement une incivilité qu’il juge problématique. La question se limiterait à déterminer la pertinence des allégations. Patrick Rogel aurait la possibilité de faire valoir ses arguments. Ainsi, en quelques jours, le Comité pourrait se pencher sur la question et décider de la pertinence de l’allégation et des sanctions à prendre. De cette manière, les administrateurs embêtés pourront passer le ballon et le CAr pourra jouer son rôle. Un tel arbitrage serait assez court puisqu’il ne porterait que sur une situation particulière et circonscrite.

Dans tous les cas, il me semble qu’avant de juger la nullité d’une décision, il serait pertinent de lui laisser la chance de s’appliquer. Si PR s’amende et la mesure devient caduque, l’arbitrage aura eu son effet et nous pourrons passer à autre chose. Si PR commet des incivilités graves et évidentes, les administrateurs seront à même de juger des mesures à prendre, de la même manière qu’ils le feraient si cette décision n’existait pas, mais auront un cadre pour prendre cette décision. Si PR commet une incivilité difficile à juger, il pourra être recommandé de passer devant le CAr pour prendre une décision. Dans ce cas, il sera entre les mains des arbitres de décider des suites à donner aux décisions qui ont été prises.

Question aux critiques

Pour résumer, je trouve que les principales critiques qui ont été faites sur cet arbitrage ne sont pas nécessairement justes. Il est selon moi correct que les arbitres tiennent compte des agissements des arbitrés pendant les procédures puisqu’elles démontrent, au moins en partie, la capacité des arbitrés à tenir compte des observations faites. De plus, le principe du pragmatisme mis de l’avant par le 5e principe fondateur (WP:ICR) justifie d’utiliser toutes les informations disponibles pour prendre une décision appropriée. Bien sûr, cela ne permet pas au CAr de s’auto-saisir de conflit lorsque personne ne le réclame.

Pour ce qui est de la notion de civilité et d’incivilité, elle est clairement comprise dans les principes de savoir-vivre qui sont aussi partie intégrante de nos principes fondateurs. La notion n’est pas nouvelle et son interprétation me semble assez simple.

Finalement, pour ce qui est de l’application de la décision, il faudrait au moins lui laisser le temps d’être appliquée avant d’en juger. Il me semble que la voie est assez bien tracée pour que ce ne soit pas si difficile ou du moins gérable.

Au-delà de tout ça, une des réflexion que je n’arrête pas de me faire depuis la parution de la décision est que la critique est bien facile à produire mais les propositions alternatives ne fusent pas. N’y voyez pas une fronde mais plutôt une réelle interrogation de ma part aux personnes qui ont critiqué la décision: comment auriez-vous géré ce conflit si vous aviez été dans les souliers des arbitres? Puisque la décision semble être aussi nulle selon vos dire, il doit en exister une plus évidente que nous avons failli de voir. Aussi, si vous jugez que vous aviez réponse à toutes les questions que j’ai soulevées, pourquoi ne déposez-vous pas votre candidature au CAr qui est cruellement en manque actuellement pour faire profiter de votre jugement à l' »institution »?

Voilà, je pense qu’il n’y a plus grand chose de plus à dire de mon côté. Ces deux billets en plus de tous les messages que j’ai publié sur la question dans Wikipédia sauront certainement expliquer en long et en large pourquoi je ne vois pas de problème fondamental avec la décision que nous avons rendue. Je serai toute fois prêt à reconsidérer le tout une fois que la décision aura dû être appliquée ou quand viendra le moment de la reconsidérer.

Dans mon prochain billet, je vous ferai part de mes impressions générales sur le CAr et ma participation à celui-ci en faisant un résumé de mon année de participation. J’aimerais y parler de l’étrange sentiment d’être un « un gros méchant » que j’ai ressenti depuis quelques mois et de d’autres réflexions sur la fonction du CAr dans Wikipédia.

Publié dans Comité d'arbitrage, Mes deux cents, Wikipédia | Tagué , , | 3 commentaires