Mon matériel photo

J’ai commencé à faire de la photographie en janvier 2010. J’en étais à un moment de ma vie où j’allais me retrouver seul dans un petit coin tranquille et je me cherchais quelque chose à faire qui pourrait occuper mes temps libres. Comme je m’en allais vivre dans Charlevoix, un petit coin de nature et de calme, je me suis dit que je pourrais faire d’une pierre, deux coups: commencer à pratiquer un art, chose que je n’avais jamais fait sérieusement avant, et faire une activité qui me ferait marcher, réfléchir et voir du pays.

La chose n’était pas du tout inscrite dans le ciel. Ceux qui me connaissent bien savent que j’ai souvent une opinion sur tout et j’en avais une sur la photographie avant de commencer à en faire: « tout ceux qui font de la photo ne sont que des touristes qui essaient de capturer des bribes de leurs voyages, il ne font que dire «ça c’est moi devant ci ou devant ça» ». C’est ce que je disais à ce moment là. Nous prenons parfois des décisions étranges, irrationnelles et acheter un appareil photo en une assez grosse pour moi.

Un premier appareil

J’ai donc acheté un appareil photo à l’hiver 2010, le premier que j’ai jamais possédé de ma vie. Je suis allé dans un magasin d’électronique où j’ai dit au vendeur: « bonjour, je veux faire de la photo, je veux un appareil photo réflex d’entrée de gamme. Qu’est-ce que tu me proposes? » Le vendeur en question tenait en boutique du Nikon et du Canon. Il m’a dit qu’il préférait Nikon car leurs appareils et lentilles avaient à peu près la même qualité que ceux de Canon à prix égal mais que leur garantie était beaucoup plus longue. Par exemple, au Canada, les lentilles Nikon sont garanties 5 ans alors que celles faites par Canon sont granties 2 ans. M’étant peu renseigné avant et étant un peu impulsif, je me rend à son argument et je choisis Nikon. À partir de là, il me propose le D3000, l’appareil d’entrée de gamme du moment. Je l’achète accompagné de sa lentille de série, la 18-55mm.

Rétroactivement, ai-je fait un bon achat à ce moment? La réponse est clairement oui et non. Il est évident que j’aurais pu magasiner un peu plus avant de faire mon choix. J’aurais peut-être appris de cette façon que le très supérieur D3100 arrivait dans quelques temps et j’aurais eu beaucoup meilleur pour le même prix. Aussi, j’aurais pu essayer les appareils de personnes que je connaissais pour avoir une meilleure idée de ce que les Canons avaient à offrir. J’avoue avoir été assez impulsif dans ma décision. D’un autre coté, j’ai beaucoup appris avec cet appareil et ses quelques limitations ne sont apparues qu’après avoir pris plusieurs milliers de photos et après avoir comparé avec des appareils beaucoup plus hauts de gamme.

Patrick Roy

Patrick Roy lors d'une conférence de presse au Cégep Limoilou. Remarquez la grande quantité de grain dû au hauts ISO.

Voici un détail des choses que j’ai aimées et moins aimées de cet appareil:

Positif: Appareil très peu coûteux (600$) avec une très bonne lentille de série. Il est léger et facile d’utilisation. Il est aussi assez robuste. Je l’ai trainé partout et il n’a pas bronché. La lentille 18-55mm est très performante.

Négatif: L’appareil est très limité dans les hauts ISO (à faible lumière). Aussi, le réglage des contrôles est difficile car il faut toujours passer par des menus. Finalement, on ne peut pas prendre de photos en regardant sur l’écran (viseur seulement) et l’écran est de mauvaise qualité.

La maladie du détail

J’adore prendre en photo des détails, des expressions. J’aime être loin de mon sujet pour que celui-ci m’oublie et ne se préoccupe pas de moi. J’aime prendre des photos d’animaux, d’oiseaux et de sports. Pour toutes ses raisons, je suis de type téléobjectif plutôt que de type grand angle.

Ainsi, ma 18-55mm ne me suffisait pas. J’ai donc acheté la 55-200mm assez complémentaire à mon autre lentille. Ce téléobjectif est assez performant pour son faible prix (300$). Pas très rapide, elle fera surtout du bon travail à l’extérieur dans la journée. Cependant, la lentille ne permet pas vraiment de faire de la photo intérieure ou de soir. Elle m’a quand même permis de faire de très belles photos. Pour les animaux et le sport, 200mm c’est un peu court…

La fille de mes amis, prise à la tombée du jour en hiver.

Après 10 000 photos, j’ai commencé à ressentir la limitation de mon matériel. Aussi, grâce aux quelques lectures sur la photo que j’ai faites, j’ai réalisé que je pourrais certainement améliorer ma performance à l’aide d’un peu de matériel un peu plus haut de gamme. Cependant, une fois équipé en Nikon, difficile de passer à autre chose. Mais c’était pile poil le moment où le D7000 était lancé, un très bon appareil photo.

Je passe au D7000 et à la 70-300mm

J’ai acheté le D7000, un appareil de milieu de gamme. Quelques semaines plus tard, j’ai acheté une lentille 70-300mm. Ce kit a changé ma vie. Depuis que je l’ai, je peux prendre toutes les photos que je veux. Côté sport, le D7000 couplé à cette lentille focusse vite et a la longueur parfaite. De plus le mode rafale à 5 ou 6 images par seconde est très pratique. Je ne peux que citer ma seule et unique featured picture de Commons prise au Big Air de Québec en 2011.

Sébastien Toutant au Big Air de Québec

Pour l’intérieur et les lumières basses, le D7000 gère très bien les hauts ISO et donne un très bon rendu. Dans plusieurs situations, j’ai pris de très belles photos à l’intérieur de personnes qui m’oubliaient car j’avais ma longue lentille.

De plus, mon D7000 peut faire du vidéo, me permet de changer facilement mes réglages à l’aide de boutons situés directement sur l’appareil et me permet d’utiliser deux cartes mémoires en même temps. Finalement, et ce n’est pas négligeable, couplé avec ma lentille de 70-300mm, mon D7000 me donne l’air d’un pro. Cela me permet de me faire remarquer et d’obtenir l’accès à des endroits que je ne pourrais atteindre autrement.

Pour tout le monde?

Est-ce que tout le monde a besoin de ce genre de matériel? La réponse est clairement non. En fait, j’en suis à me convaincre que la plupart des personnes n’ont pas besoin d’un appareil réflex. Un bon compact aujourd’hui fait du bon travail pour son prix. Vous aurez besoin d’un réflex si vous voulez gagner votre vie avec cet appareil, si vous voulez faire de la photo très technique ou que vous êtes un maniaque de technologie.

Cependant, je suis très content de mon appareil qui me permet de faire tout ce que je veux en photo encyclopédique. J’ai à mon actif beaucoup de photos dont je suis très fier. Pour contribuer à Commons et faire des photos de qualité, mon matériel fonctionne très bien et ne me limite plus. Entre ça et un autre hobby, tout se vaut et celui-là me comble.

Advertisements
Cet article, publié dans Commons, Photographie, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Mon matériel photo

  1. Ping : Histoire d’une photo | Du côté du Québec

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s