Histoire d’une photo

Contribuer à Wikipédia et à Commons est toujours pour moi une source de défi. Quand je vois une belle chose, j’essaie de la prendre en photo, quand je lis quelque chose d’intéressant, j’essaie de l’ajouter quelque part sur l’encyclopédie.

Il y a deux ans je me suis levé un matin et j’ai entendu un petit cri famillier. Un espèce de CRRRUIIIIII, le chant d’un oiseau qui vient parfois visiter les alentours de la maison de mes parents. Comme j’étais en train de prendre mon café et je n’avais pas grand chose à faire, j’ai sorti mon appareil photo et décidé de prendre un portrait de cet ami visiteur.

L’histoire de ce portrait est intéressante pour deux raisons à mon avis. Premièrement parce qu’elle démontre bien combien il peut être passionnant et amusant de contribuer à Wikipédia. Deuxièmement, parce qu’elle permet de voir toute l’ingéniosité et la démarche scientifique qu’il faut mettre à l’oeuvre pour prendre une belle photo.

Les premiers essais

En sirotant mon café, je fais quelques premières tentatives de photo. Appareil en main, tente de prendre l’oiseau directement dans la mangeoire à travers la vitre de la salle à manger. Les résultats ne sont pas fameux. De un, l’oiseau est souvent caché par des parties de la mangeoire; de deux, il reste très peu longtemps dans la mangeoire ce qui m’empêche de bien cadrer et de le prendre sans flou de mouvement. De plus, la fenêtre n’est pas parfaitement lisse ce qui cause des distortions et de problèmes de focus dans la photo. On dirait aussi que l’oiseau me sent venir, il se sauve dès que je m’installe dans la fenêtre.

Essai 1

Du coup, il faut que je change ma stratégie. Je décide donc d’aller m’installer dehors sur une chaise sans bouger pour atttendre que l’oiseau se pointe. Peut-être s’habituera-t-il à ma présence et viendra-t-il poser pour ma photo?

Quel naïf je fais… Non, seulement il ne vient plus, mais il fait un peu froid dehors car c’est le printemps. Je commence à avoir les fesses gelées et toujours pas de bonne photo. J’entend encore l’oiseau, signe qu’il attend mon départ pour revenir manger les graines de tournesol que je lui ai servi dans la mangeoire.

La démarche scientifique

Voyant le peu de succès que j’avais recueilli jusqu’à maintenant, je commence à me questionner. Quelle est la variable importante dans ce qui s’est passé depuis le début de mon épopée? La réponse: ma présence. Dès que l’oiseau me voit, il prend peur et se sauve… Essayons de contourner ce problème. Heureusement, j’ai un trépied et une télécommande. Cela me permet de prendre des photos à distance. J’installe donc mon appareil dehors sur le trépied et le pointe sur le contenant à graines. Je retourne à l’intérieur et m’installe en retrait. Dès que l’oiseau arrivera, je déclencherai l’appareil avec la télécommande et le tour sera joué.

Lorsque l’oiseau fini par revenir, je fais une découverte macabre… La conception des appareils photo n’est pas toujours prévue comme nous le voudrions. Dans le cas présent, j’apprends que les Japonnais qui ont designé le D3000 n’utilisent leur télécommande que pour prendre des portraits d’eux-mêmes. Ainsi le capteur infrarouge de la télécommande se situe devant l’appareil et celui-ci ne peut être déclenché lorsqu’on se tient derrière… Or, si je me place à l’endroit approprié pour utiliser le déclencheur, ce sera ma grosse face qu’on verra dans la photo, pas l’oiseau convoité. La solution était parfaite, mais elle gaĉhée par un problème de design de la caméra.

Après quelque réflexions (et c’est un excellent jeu de mot que vous comprendrez bientôt), je réalise que la lumière infrarouge peut être réfléchie sur le capteur. Ainsi si je place une surface réfléchissante devant l’appareil photo, je pourrai pointer sur cette surface qui réfléchira le signal à l’appareil. Ainsi, je ressors dehors armé de mon papier d’aluminium que j’attache sur la rampe qui entoure la galerie sur laquelle se trouve mon appareil et qui se situe entre lui et l’oiseau.

Un croquis pour vous aider à visualiser

Si vous aviez vu l’installation, vous auriez été fiers… D’ailleurs, je dois féliciter les concepteurs japonnais que je viens peut-être d’insulter puisque le problème dont j’ai parlé a été réglé sur le D7000: il y a maintenant un capteur infrarouge en avant et en arrière.

Près du but

À partir de ce moment, j’avais presque atteint mon but. Il ne me restait plus qu’à prendre une bonne photo. J’ai pris plusieurs dizaines de photo de l’oiseau dans la mangeoire mais chaque fois un peu mal cadrée ou floue ou avec un bout de mangeoire qui cachait l’animal. De plus, comme je l’ai déjà souligné, il restait toujours très peu longtemps à manger de la nouriture. À force de l’observer, j’ai réalisé qu’il se perchait toujours au moins une minute sur une branche à proximité avant d’aller furtivement chercher quelques graines dans la mangeoire. C’est donc à ce moment que j’ai réalisé qu’il fallait pointer mon appareil sur cette branche plutôt que sur la mangeoire. Après quelques essais, j’ai pris la photo que je voulais prendre.

Le résultat

J’ai passé plusieurs heures à ce manège. J’ai commencé vers neuf heures du matin et la photo la plus réussie de la série a été prise à 14h09. Quelle est la morale de cette histoire? En fait, j’en tire deux. La première, c’est qu’il ne faut pas abondonner et prendre son temps lorsqu’on fait de la photographie. À force de travail, on réussira à prendre la photo qu’on veut. Parfois, il faudra attendre quelques jours pour avoir la bonne lumière mais ça viendra. La deuxième, c’est qu’en photographie, on gagne à bien connaître son sujet et à prendre le temps de l’observer. C’est primordial. Regardons les endroits où je l’ai fait dans cette journée.

Dans un premier temps, je l’ai fait en reconnaissant le bruit de mon geai bleu. Le sachant, j’ai pu déterminer qu’il allait venir manger. Aussi, j’ai remarqué que l’oiseau avait peur de moi alors je me suis tassé du chemin en utilisant la télécommande de l’appareil. Finalement, en observant son comportement, j’ai compris qu’il allait sur la branche avant d’aller dans la mangeoire.

Au final, je suis extrêmement fier de cette photo puisque je sais tout le travail qu’il y a derrière la photo. Aussi, je crois pas que j’aurais pu prendre une meilleure photo d’un geai bleu en entier. Aujourd’hui, l’image a le statut d’image de qualité mais malheureusement elle n’a pas obtenu le statut d’image remarquable sur Commons. J’aimerais continuer dans la photo d’oiseau car c’est une activité très créative et amusante. Cependant, je suis un peu limité par mon matériel. Pour faire de la vraie photo d’oiseau, il me faudrait une lentille de 400mm très rapide… Peut-être un jour!

Si vous avez de bonne histoire de production de photo, je serais très content de vous lire dans les commentaires! Bonne chasse!

Advertisements
Cet article, publié dans Commons, Photographie, Wikipédia, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Histoire d’une photo

  1. theoliane dit :

    C’est vrai qu’on a l’oeil un peu « formaté » par Wikipédia, et que, quand on se promène, on se dit toujours : « tiens, je pourrais photographier ça, ça permettrait d’illustrer un article.. ». C’est ainsi qu’il m’est arrivé de prendre ma voiture, un après-midi ensoleillé (oui, il y en a de temps en temps en Normandie), pour faire des photos des rues, mairies, églises des villages locaux dont les articles n’avaient pas d’image… Je reconnais toutefois qu’une mairie ou une église, c’est autrement plus facile qu’un oiseau, ça bouge nettement moins !! Tiens, à propos de mairie, même quand on est très loin de ses bases, on pense quand même à Commons : celle-ci vient de loin (même si c’est plus près de chez toi que de chez moi…) et je n’aurais jamais eu l’idée de photographier, en passant par là, ce bâtiment si je n’avais pas pensé à l’article qui l’héberge :

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s