Une mauvaise semaine…

Parfois, je remets en doute toute la bonne foi avec laquelle je me lance dans le travail bénévole de Wikipédia. Ces moments viennent souvent quand je reçois une volée de bois mort. Autant je suis relativement habitué à cela car j’ai été souvent dans une position d’arbitre, autant parfois je me dis qu’il n’y a pas vraiment de raison de traiter un semblable de la façon dont on me parle parfois.

La position d’arbitre au hockey est très semblable à celle d’administrateur sur Wikipédia: le rôle vise à assurer le bon fonctionnement d’une activité par l’application raisonnée des règles encadrant l’activité. Dans les deux cas, il n’est pas rare de recevoir des insultes ou des invectives. Et dans les deux cas, je ne peux que me surprendre devant la violence des gens face à des personnes qui ne font qu’encadrer la sécurité et le bon fonctionnement d’une activité somme toute peu importante dans le « grand ordre des choses » (j’inclus dans cette catégorie le hockey et Wikipédia).

L’objectif de cette publication est de dénoncer la violence des propos qui ont été tenus à mon endroit et rappeller que Wikipédia n’est pas une activité assez importante pour que sa vaille la peine de s’en prendre verbalement à son prochain.

Blocage et invectives

Depuis que je suis sysop sur Wikipédia, j’ai effectué 260 blocages. Généralement, ceux-ci ont été sans suite et ont généralement simple à effectuer: gaminerie, insultes graves, vandalismes, etc. Je suis conscient que le blocage est une action « violente ». En effet, se faire bloquer sur Wikipédia est une chose qui peut causer une certaine frustration chez le bloqué. Maintenant, c’est aussi pourquoi je fais bien attention de bloquer uniquement lorsque c’est évident et lorsque ce n’est pas le cas, je fais bien attention de vérifier avec d’autres administrateurs que la sanction choisie est juste. Finalement, je fais toujours attention d’être bien ouvert aux demandes des bloqués. En effet, certains blocages ou actions administratives sont issues de mauvaise compréhension. Ainsi, je garde l’oreille ouverte pour m’assurer que s’il y a mauvaise compréhension, je pourrai établir un dialogue serein pour trouver une solution au problème. Finalement, lorsque je réalise qu’un blocage devient caduque car il a engendré une discussion productive ou si je me rendais compte que je me suis trompé, je ne suis pas gêné d’annuler mon action et admettre qu’elle n’est plus ou pas nécessaire.

Fort de toutes ces considérations, je suis toujours surpris de voir que la première réactions de certains face à un blocage est d’insulter l’administrateur qui l’a effectué. Il me semble que cette attitude ne fera qu’empirer les choses. Si vous voulez obtenir quelque chose, il me semble que la stratégie la plus efficace n’est pas de se mettre à dos la personne qui a pris la décision. Mieux vaut essayer de comprendre ce qui l’a poussé à agir et essayer de corriger la situation. Et n’allez pas croire que ces situations sont rares… Pour vous en convaincre, allez voir l’historique des pages de discussions de theoliane ou de Lomita, deux patrouilleuses qui ont été très actives.

Cette semaine, on m’a dit « Votre pouvoir me pue au nez. […] J’ai l’impression de m’adresser à un individu totalement aseptisé. Inodore, incolore, un cadavre. » suite à un blocage. Vraiment??? Tout ça pour une interdiction d’écrire sur un site internet? Ça me paraît excessif…

Heureusement, ce genre de choses ne m’arrive pas souvent. En même temps, dans le cadre d’une action bénévole faite en toute bonne foi, je ne peux que me questionner sur les raisons qui justifient un tel langage. La réponse que j’y trouve est souvent que, derrière un clavier, on ne fait pas les même choses que lorsque l’on se trouve face à une personne. Où se trouve la vérité sur ma personne? J’espère qu’elle n’est pas là. Aussi, je comprends qu’il est plus facile de blâmer la personne qui nous souligne nos mauvaises actions et de cristaliser notre frustration sur cette personne que de se questionner sur nos propres actions. J’avoue l’avoir fait étant plus jeune mais le fait d’avoir été dans la position d’arbitre et d’administrateur et d’avoir reçu ce genre de commentaires m’a convaincu qu’il n’y a souvent que nous en tort dans ces situations et me force à m’introspecter plutôt que de crier contre la personne qui me l’a fait remarquer.

Discussion de bonne foi et attaques personnelles

Il m’arrive parfois de subir la même chose lorsque je discute de bonne foi dans le cadre de Wikipédia. La discussion est un processus par lequel on expose des idées desquelles on débat dans le but de faire ressortir la meilleure position. Parfois, nous sommes celui qui amènera cette meilleure position, parfois ce sera le vis-à-vis qui le fera et, la plupart du temps, cette position finale se situera entre les deux positions initiales.

Lorsque je discute sur Wikipédia, je le fait toujours de bonne foi en supposant aussi la bonne foi de la personne avec qui je discute. J’exprime mon avis le plus respectueusement possible et j’écoute l’avis des autres. Il m’arrive de m’emporter mais j’essaie le plus possible de ne jamais tomber dans les attaques personnelles et la critique de l’adversaire plutôt que de sa position. Lorsqu’il m’est arrivé de m’éloigner de ces principes et qu’on me l’a fait remarqué, je me suis excusé puisque je considère qu’une attitude contraire dans une discussion de bonne foi est contreproductive et irritante pour l’interlocuteur.

Aujourd’hui dans une discussion sur le fil de discussion de Wikimédia France, j’ai eu le malheur d’évoquer le fait que l’innacceptation de la condition interdisant la réutilisation commerciale pour les images sur Wikipédia et Commons tenait parfois du dogmatisme. En effet, nombre de fois j’ai entendu des Wikipédiens se plaindre de la réutilisation purement commerciale de leur travail ou, comme en faisait état le sujet de base de la discussion, entendu des personnes dire qu’elles seraient prêtes à libérer leurs oeuvres si elles ne pouvaient être réutilisées commercialement. Cette obligation de Wikipédia et de Commons est souvent évoquée comme un frein à la libération d’oeuvres. Lorsque cet état de fait est soulevé, on répond souvent que « c’est la politique de Commons » ou que « ça rend la réutilisation du contenu impossible » sans expliquer pourquoi. Lorsqu’on pose la question comme je l’ai fait aujourd’hui, nous répond généralement que c’est comme ça.

Aujourd’hui, j’ai posé la question honnêtement et la seule réponse que j’ai reçue est: « Je suis horrifié de voir une telle remarque de la part de quelqu’un postant avec une une adresse en wikimedia.ca. » Pourquoi? Wikipédia et Wikimédia France sont-ils devenus des églises desquelles on ne peut questionner les fondements? Pour moi, et ce jusqu’à ce que l’on me fournisse une explication claire de pourquoi la licence CC-BY-SA-NC rend inopérant tout le système de Wikipédia, le choix de la licence CC-BY-SA est aussi arbitraire que celui qu’aurait été d’avoir choisi la licence CC BY-3.0 pour toute l’encyclopédie ou la licence CC-BY-NC-SA.

Je m’engage à faire un post de blogue ici même dans lequel je m’amenderai si on m’en fait une démonstration. Mais d’ici là, comme les personnes qui trouvaient étrange de ne pas pouvoir choisir une licence interdisant la licence non-commerciale, je suis dans l’incompréhension. Je rappelle que l’amorce de la discussion était de chercher une bonne réponse à la question. Et j’ai posé la question sincèrement parce que je ne suis pas sûr de comprendre réellement ce qui motive ce choix… Au lieu de répondre à l’argumentaire on s’en est pris à l’argumenteur: « Vous êtes très loin de la réalité. Je vous invite à relire les status de Wikimedia France… ou même ne serait-ce que le site Web de l’association », « Je passe mon tour, peut-être y aura t’il quelqu’un pour vous expliquer pourquoi nous n’acceptons pas les licenses NC – en quoi ce point est fondamental pour le mouvement Wikimedia et pourquoi ce n’est pas discutable. » Pourquoi ne pas me l’expliquer simplement plutôt que de me traiter de haut comme si j’étais un laquais de la pire espèce? Et je ne cite pas la suite qui est à un cheveu du point Godwinn…

Au final quel est mon point? Je me suis exprimé dans le cadre de cette discussion pour expliquer que je trouve que ce genre d’argumentaire n’est pas très convainquant et que, même si je suis un tenant du libre et que j’en fait régulièrement la promotion, on n’arrive pas à me convaincre que c’est une condition nécessaire. Imaginez quand vous irez expliquer cela à des personnes qui ne sont pas famillières avec les licences ou qui débutent dans le domaine du libre…

J’ai donné mon avis de bonne foi, sans attaque personnelle et dans le but de faire avancer une discussion. Au lieu de me prendre au sérieux, on m’a répondu de haut et on a pas supposé ma bonne foi, je trouve.

Bof…

Bref, je trouve très décevant de donner autant de temps pour quelque chose et de recevoir en échange des insultes et des commentaires condescendants. C’est mon état d’esprit cette semaine. C’est probablement juste une mauvaise semaine mais je trouvais quand même important de le relever pour nous rappeler à tous que nous sommes des bénévoles qui agissons de bonne foi. Cela signifie que nous nous devons le respect et la cordialité si ce n’est que par égard pour toutes les heures investies bénévolement dans cette aventure. Je m’engage à traiter tous les intervenants que je rencontrerai avec respect et je m’attends à la même chose.

Publicités
Cet article, publié dans Commons, Wikipédia, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

6 commentaires pour Une mauvaise semaine…

  1. Simon Villeneuve dit :

    Comme prof, tu le sais qu’il y a des gens avec qui tu ne peux rien faire. Les commentaires du type « pue au nez » amène la conversation trop proche du point Godwin pour valoir la peine de la continuer. On passe à un autre appel.

    Pour ce qui est de la licence « commerciale », j’ai cru comprendre avec le temps que cette licence est beaucoup moins restrictive que NC, Elle permet une diffusion maximale du travail, en allant théoriquement chercher ceux qui ne sont motivés que par le cash. L’un des objectifs prioritaire de notre projet est la diffusion de masse de notre travail, per fas et nifas.

    Allez, on continue !

  2. theoliane dit :

    Je ne peux qu’être d’accord avec toi concernant les insultes, j’en ai reçu assez pour savoir que nous avons souvent en face de nous un certain côté sombre de l’humanité…. J’ai même été agressée sur mon blog perso, qui n’a aucun rapport avec Wikipédia, par des commentaires blessants, volontairement méchants, qui m’ont obligée à effectuer quelques configurations pour m’en débarrasser. Enfin, il est parfois salutaire de s’écarter de la « boue » administratoriale (j’invente des mots là, non ? ) pour souffler un peu et essayer de repartir sereinement.
    Concernant les licences, je n’y ai jamais compris grand chose, n’ayant pas du tout l’esprit juriste. Quand je téléverse des photos sur Commons, je prends ce qui est indiqué par défaut, et que l’on utilise mes « oeuvres » à mon insu ne me dérange pas vraiment…. Mais je te rejoins quand tu n’apprécies pas que l’on prenne les gens de haut plutôt que de dialoguer, c’est aussi peu constructif que les vandales qui insultent, et ça s’en rapproche dangereusement !

  3. TigH dit :

    Bonjour !

    Est-ce que le problème n’est pas de confondre, sans le voir, la communication entre internautes et celle entre êtres humains individualisés comme IRL ? Tu parles à quelqu’un que tu imagines en chair et en os derrière son pseudo – respectueusement -, alors que souvent on ne s’adresse pas à toi, mais juste à artefact qu’on peut même dézinguer comme un ennemi d’un jeu vidéo. Il est symptomatique qu’un de tes interlocuteurs s’arrête au canal utilisé pour te situer sans aller plus loin, te faisant passer pour un intrus voire un usurpateur ou un troll en puissance. Ce n’est pas seulement une affaire d’église. Ce dont tu parles est-il plus choquant que la réponse qui serai à ce que j’ai lu comme courante en certains lieux et à certaines époques, à savoir DTC (Dans Ton C**) (la question étant : « Mais où je trouve ceci ou cela ? ». Là aussi, il serait si simple de donner la réponse au lieu de nier l’autre par cette boutade vulgaire !
    Je crois que si un interlocuteur n’est pas identifié, n’est pas reconnu comme individu réel, mais seulement comme producteur de messages, les conditions sont réunies pour que les interactions restent superficielles et péjoratives faute de pouvoir être le contraire, même un peu, même entre les lignes.
    Il faudrait donc savoir à qui ou à quoi s’adresse l’Autre quand il paraît communiquer : à un être humain ou à un internaute anonyme indistinct inconnu ignorable et donc méprisable!
    TigH

  4. Bonjour !

    J’ai suivi la discussion d’aujourd’hui sur les licences… Si tu veux on pourra en parler cet été à Québec, c’est une discussion que j’ai très souvent avec les institutions que je vais voir pour qu’elles s’ouvrent aux projets Wikimédia.

    J’espère réussir à t’apporter les arguments qu’il faut 🙂

    (et ne te formalise pas trop des échanges musclés… Je pense pouvoir te dire qu’une opposition sur un point n’enlève jamais l’estime qu’on peut porter aux personnes, au moins au sein de Wikimédia FR)

    Amitiés

  5. anthere dit :

    Je te propose une petite tasse de thé…. souffle, ça va aller mieux.

    (Adrienne, ca ne vaudrait pas le coup que Wikimedia France développe une petite brochure d’argumentation sur la question des NC ? Ou peut-être pousse à la création d’un petit wikibooks sur le sujet ? )

  6. Je ne peux que comprendre que tu sois touché par les commentaires désobligeants ou attaques personnelles. Certains (Tigh, ou des relations virtuelles à moi qui me tenaient le même discours lorsque je me faisais violemment attaquer sur un de mes blogs par ceux que j’étais censée défendre) disent qu’il faut distinguer les relations virtuelles du réel. Cela peut être vrai en partie. Pour ceux qu’on arrive à rencontrer en réel, le discours change parfois radicalement. N’empêche que. Je me souviens d’avoir été abattue par des insultes, certes injustifiées, mais profondément blessantes. C’est le jeu, parait-il. Le seul truc qui me rassure, c’est que deux ans après, des gens qui m’avaient profondément blessée trouvent tout naturel de vouloir correspondre avec moi, ou d’afficher une supposée complicité au nom de notre passé commun. Va comprendre.

    Je n’ai pas grand chose à t’offrir pour compenser, sauf à te dire que je viens de parler de toi (sans te nommer, l’intérêt n’était pas les noms) dans une histoire de pomme à croquer sur le Bistro. Pour être plus claire, j’ai trouvé que ton attitude a été top après une minuscule erreur d’appréciation que j’ai failli faire moi-même et que je t’avais signalée.

    Par contre, la seconde partie de ton message me surprend. La licence commerciale. Cela a été un facteur qui pendant longtemps m’a freiné à contribuer. Mais ce n’en est plus un depuis que je suis certaine que le sort de WP est d’être revendue un jour. Je n’ai pas creusé juridiquement sous quelle forme. Mais avec certitude, une partie d’elle se fera par la collection de références. Dont les archives n’appartiennent plus à WP. Cf question sans réponse http://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Discussion_Projet:Entreprises&diff=78305107&oldid=78302781

    Pour le reste, voir les partenariats Orange/voilà. donc il me semble normal qu’on te traite par le mépris lorsque tu poses la question. Est-il imaginable que l’on dise aux contributeurs : « sachez-bien que si vous participez, cela doit être uniquement pour votre plaisir immédiat, parce que le jour on vendra, l’acheteur fera ce qu’il veut de votre travail »? Je pense que c’est la seule raison de la condescendance qu e tu évoques. Il y a des sujets dont il vaut mieux ne pas parler.

    Autrement dit, contribuer à WP c’est bien, à condition de ne pas être dupe. Et de le faire uniquement pour le plaisir immédiat. Même si je sais que cela me mettra quand même en colère quand cela arrivera. Raison de plus pour ne pas accepter TROP les insultes, même s’il est toujours bi=on de s’interroger sur ses propres pratiques. Mais non plus la peine d’en arriver à la dépression ou la perte de l’estime de soi. Surtout que te concernant, tu m’as l’air d’être un mec ou une fille bien (la fin de pseudo « an » pouvant être une abréviation de Anne).

    Passe une bonne fin de semaine, en souhaitant que tu ne joues pas trop au  »Touriste », car les pénibles sans admin à la hauteur; c’est dur!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s