Wiki loves monument : a-t-on fait le tour du jardin?

Le 30 septembre dernier se concluait la troisième édition du concours de photographie Wiki Loves Monuments (WLM). Cette édition a brisé le record Guinness du plus grand concours photographique qui avait été établi l’an passé par la deuxième mouture du concours. Plus de 369 000 fichiers photographiques de monuments historiques ont été versées sur Wikimedia Commons en provenance de 53 pays différents. C’est certes un résultat impressionnant.

Un exemple typique de ce que je reproche au concours WLM. Une photo inintéressante d’un bâtiment historique inintéressant qui ne sera probablement jamais réutilisée. Un concours qui valorise ce genre de photos a un problème. Auteur: Paul Reichert , CC BY-SA 3.0 (source)

Cependant, on peut se questionner sérieusement sur ce qu’apporte ce concours à l’univers wikimédien et réfléchir sur la pertinence de rééditer année après année ce concours. Un jour ou l’autre, on ne brisera plus de records ou la participation ira en déclinant. Est-on déjà arrivé à ce jour? Les ressources investies dans l’organisation de ce concours valent-elles le gain qu’il engendre? Je pense qu’il y a lieu de se poser la question.

Quantité implique qualité?

L’objectif final du concours Wiki Loves Monuments est de recueillir le plus de photos de monuments historiques. On priorise donc la quantité par rapport à la qualité. Cette vision des choses est d’ailleurs un des points particuliers de Wikimedia Commons. Au contraire de la plupart des sites fournissant des ressources multimédia (Getty Images, iStockPhoto, etc.), Commons considère que, le coût de stockage des photos étant presque nul, il est plus avantageux de viser avoir une grande quantité d’image plutôt que d’en choisir un stock limité d’images pertinentes. À mon avis, c’est une erreur stratégique qui a pour effet de donner l’impression que Commons ne contient que des images de mauvaise qualité. Pour démontrer ce point, j’invite souvent les gens à aller voir la catégorie du Château Frontenac sur Commons (ici). Oui, on y trouve plusieurs bonnes photos de ce monument, mais on y trouve aussi beaucoup de photos impubliables. Malheureusement, cette réalité s’observe un peu partout sur les catégories de Commons.

Mon problème avec le concours Wiki Loves Monuments est qu’il encourage à l’extrême ce phénomène. En effet, plutôt que d’encourager les gens à prendre des photos de qualité de monuments historiques, on les encourage à nous aider à briser le record et à photographier tous les monuments d’une région ou d’un pays. Le résultat: un gros paquet de photos semi-bonnes de monuments historiques d’importance mineure.

Au cours des deux dernières éditions du concours, j’ai participé à préselectionner les images canadiennes du concours. J’avais pour tâche de faire une pré-liste qui allait être soumise aux juges qui noteraient les photos. Cela impliquait de regarder l’ensemble des photos soumises depuis le Canada (plus de 5000 en 2012, autour de 2500 en 2013) pour en sélectionner les meilleures. Oui, il en est ressorti quelques bonnes photos qu’on peut voir dans cette galerie. Cependant, 30 photos de qualité pour 5000 images versées sur Commons, c’est un rapport signal/bruit beaucoup trop faible pour être encouragé.

Ce problème fondamental d’objectif est une chose que j’avais voulu modifier lors du concours Wikipédia prend Québec. Au lieu de valoriser la chasse aux images en donnant des points à des cibles ce qui favorisait le fait de courir et de prendre des mauvaises photos en grande quantité, stratégie qui était choisie pour tous les autres événements Wiki takes … , j’avais demandé aux participants de favoriser les images de qualité et un portfolio épuré. Je pense que le résultat avait eu un rapport signal/bruit beaucoup plus intéressant.

Si on refaisait le concours Wiki Loves Monuments, il faut absolument réfléchir à une façon de prioriser la qualité plutôt que la quantité.

Proposer des bonnes valeurs

La publication d’images sur Internet est une chose complexe. Commons a un paquet de règles complexes qui sont liées aux diverses législations sur le droit d’auteur qui existent dans le monde. De plus, comme Commons est basé sur un mode de contribution qui permet la réutilisation des images publiées sous licence libre. Ce contexte a pour impact de limiter grandement ce qui peut être déposé sur le site et d’imposer une grande prudence et surveillance. Tel que je l’ai déjà expliqué dans ce blogue, la rectitude des images face aux lois est absolument nécessaire pour protéger la personne qui publie les images et aussi la personne qui pourrait les réutiliser sous les conditions de la licence.

Or, Wiki Loves Monuments porte sur une branche de la photographie qui comporte beaucoup de subtilités légales: l’architecture. En effet, il est très difficile de savoir si une photo d’un bâtiment est publiable. Est-ce que le pays dans lequel se trouve le bâtiment a la liberté de panorama? Est-ce que le bâtiment est toujours sous la protection du droit d’auteur de son architecte? Est-ce que le bâtiment est une oeuvre architecturale ou une construction en série qui n’engendre pas de droit d’auteur? Ce sont là toutes des questions auxquelles il faut répondre avant de publier une telle photo. En plus, il me semble tellement étrange de proposer un concours photographique portant sur l’architecture dans un pays où il est plus ou moins interdit de publier des images d’architecture récente, comme la France par exemple. Il doit falloir beaucoup de bras pour gérer cette grande quantité de photos potentiellement inadmissibles sur Commons…

Wiki loves monuments ne conscientise pas ou du moins très peu à ces questions pourtant fondamentales. Beaucoup d’images sont versées alors qu’elles ne devraient pas être publiées et mettent dans une situation potentiellement légalement problématique l’ensemble des personnes qui utiliseront ces images. Il faut absolument que nous améliorons notre compréhension des questions légales qui entourent la publication de photos architecturales et que le concours WLM serve de moment-clé pour la transmission de ces connaissances.

De plus, en conjonction avec le précédent problème, l’arrivée massive de nouvelles photos pendant un mois cause un problème de révision. Il est très difficile d’assurer une supervision de toutes les entrées quand on reçoit plus de 20000 photos par jour. Il est donc fort probable que le concours ait eu comme conséquence de faire augmenter significativement le nombre de photos non-acceptables sur Commons.

Malheureusement, l’appel public à la contribution a pour problème de s’adresser à des non-initiés. Ainsi, ceux-ci ne connaissent pas les règles et les façons de faire et peuvent faire des erreurs de bonne foi. Je n’en ai pas ici contre eux. J’en ai surtout contre les organisations qui mettent en place des structures qui engendrent un afflux massif de ces erreurs de bonne foi. C’est structurellement qu’il faut s’assurer que les nouveaux utilisateurs se joignant au mouvement font les choses correctement. À mon avis, la structure actuelle ne joue pas du tout ce rôle.

Un contrat clair?

Une autre question fondamentale qui se pose lorsqu’on regarde le déroulement du concours est de savoir si les personnes qui y participent comprennent bien le contrat qu’ils prennent lorsqu’elles soumettent leurs images. Est-il bien clair que ces personnes acceptent de publier pour le reste des temps leur images sous licence CC-BY-SA? Est-ce un choix éclairé? Leur a-t-on clairement expliqué les implications de ce choix? D’ailleurs, Wikimedia Commons accepte toutes les licences libre qui permettent la réutilisation commerciale et la modification. Pourquoi ne pas permettre une autre licence que la CC-BY-SA?

Pour moi, cet aspect est un autre problème de ce concours. On demande à des gens de publier des images sous une licence très libérale sans les informer clairement de ce choix. Prenons par exemple le règlement officiel de la version française du concours (ici). On y lit: »Les photographies proposées sont sous licence Creative Commons – Paternité – Partage à l’identique 2.0 France ou toute licence libre équivalente. »  Pas même un lien vers le contrat de licence, ni une explication des implications d’un tel choix de licence. Quelles sont les alternatives? Comment faire un choix éclairé? On y lit aussi: « Les participants doivent s’assurer que leurs photographies respectent toutes les réglementations, en particulier celles liées à la propriété, au droit à l’image des personnes et au droit d’auteur des architectes. » Quelles sont ces lois? Où peut-on se renseigner sur la question? Qui peut me dire si mes photos sont correctes? De plus, on ne spécifie pas que seul le publiant implique sa responsabilité lors de la publication et qu’il pourrait faire face à des problèmes légaux s’il ne respecte pas ces règles.

Bref, je trouve que Commons comporte beaucoup trop d’aspects légaux et que la licence choisie implique une décision de publication beaucoup trop importante pour qu’on puisse seulement demander naïvement à des gens de publier leurs images dans le concours. Je serais très curieux de voir la réaction d’une personne qui n’avait jamais publié de photos avant sur Internet lorsqu’elle verrait sa photo publiée ici dans mon blog ou dans un journal en toute légalité. Je ne pense pas que les participants au concours sont conscients de cette possibilité et c’est un point négatif.

Crée-t-on vraiment de nouveaux utilisateurs de Commons?

Comme c’est un but du concours, il est important de se questionner sur la réalité de l’apport en nouveaux contributeurs d’un tel concours. Dans le cadre de l’édition de cette année, j’ai dû faire quelques suppressions d’images et demander des détails aux utilisateurs qui avaient importés les images sur Commons. Sur les quelques messages que j’ai laissés sur des pages de discussions d’utilisateurs, seule une personne m’a répondu et je peux garantir que ce ne fût pas une aventure qu’elle recommencera. Bref, oui, Commons gagne beaucoup d’images de bâtiments historiques mais l’apport en nouveaux contributeurs ne me paraît pas à première vue très important. J’aimerais lire ce que la Foundation a à dire sur le sujet et si elle a fait des études sur la question.

Est-ce que ces images sont vraiment utiles?

Le caveau à légumes de Beaupré. Nous en avons une bonne photo, en faut-il plus. Auteur: JeffT , CC BY-SA 3.0 (source)

Il y a beaucoup de monuments historiques au Canada. Certains sont très connus et leurs illustrations sont très utiles sur Commons. D’autres sont beaucoup moins connus et je doute de la pertinence d’encourager l’accumulation de clichés de ces bâtiments. Le caveau à légumes de Beaupré est un monument historique. Est-il vraiment nécessaire d’organiser un concours dans lequel on encourage les gens à déposer quantité d’images de celui-ci? J’en doute.

Pourquoi ne pas faire un concours dans lequel on encourage les gens à prendre des photos de choses qui ne sont pas illustrées sur Commons ou de les encourager à poser leurs photos dans les articles de Wikipédia? Pourquoi ne pas favoriser l’illustration géniale de monuments historiques plutôt que la quantité.

Mon impression est qu’il ne faut pas limiter les gens à des listes de choses plus ou moins intéressantes. Il faut les encourager à prendre des bonnes photos et à les publier en toute conscience sous licence libre.

Les monuments historiques: seuls objets terrestres dignes d’être photographiés?

Les humains ont construit toutes sortes de choses. Ces constructions s’ajoutent aux merveilles de la nature que nous pouvons capturer du bout de notre objectif photographique. Pourquoi limiter le concours à des objets qui font partie d’une liste gouvernementale? Je ne pense pas que j’aie à pousser ce point plus loin pour me faire comprendre.

Un format à réviser

Vous l’aurez compris, je ne suis pas pour une nouvelle édition du concours Wiki Loves Monuments dans le même format que les trois précédentes moutures. Il est temps de renouveler le concept ou d’en proposer un autre qui mettrait en valeur non pas la capacité humaine à prendre des tonnes de clichés plus ou moins bons de trucs listés par un gouvernement mais la grande créativité humaine et la beauté naturelle du monde dans lequel nous vivons.

Il faut maintenant penser un façon plus efficace de dénicher les plus beaux joyaux que peuvent produire les Wikimédiens et ce sans avoir à demander une quantité phénoménale de photos de monuments dont l’intérêt est limité.

Dans ma prochaine publication, j’ai l’intention de passer de la critique à l’action en proposant un nouveau format qui irait plus clairement au point et qui proposerait une compétition réelle aux plus grands concours photographiques.

Galerie

Voici quelques images de monuments historiques de mon cru qui ne participent pas au concours puisque j’en suis un organisateur.

Publicités
Cet article, publié dans Commons, Licences, Photographie, Wikipédia, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

4 commentaires pour Wiki loves monument : a-t-on fait le tour du jardin?

  1. Concernant la question liée à l’apport de nouveaux contributeurs via les concours WLM et au cas où tu ne l’aurais pas vu, ça semble être le cas : http://wikilovesmonuments.fr/2013/07/26/des-centaines-de-nouveaux-contributeurs-reguliers-grace-a-wiki-loves-monuments/ (données source ici : http://infodisiac.com/blog/2013/06/wiki-loves-monuments-2010-2012-retention-stats-per-country/ )

    Merci pour ce billet, ces interrogations sont partagées j’en suis convaincu.

    • letartean dit :

      La lecture des chiffres présentés dans ce blog ne me convainc pas du tout. On fait les analyses sur la durabilité de la contribution un mois après la fin du concours et même à ce moment on cumule des quantités comme 4% des utilisateurs ayant fait leur première contribution pendant WLM. Et si je comprend bien, il suffit d’avoir fait une contribution pour compter la-dedans. Je vais me plonger dans les données sources mais, à première vue, je ne suis pas convaincu.

  2. SammyDay dit :

    En soit, je ne te rejoins pas sur les photos « inutiles » des monuments historiques. Il y a effectivement des monuments historiques moins importants que d’autres, mais tous ont le potentiel (via leur classement MH) qui leur permettrait d’avoir un article (qui donc plus tard pourrait être correctement illustré).

    Le souci (et c’est là où je te rejoins) est que la base d’images Commons augmente énormément (et pas que via WLM) et que les procédures de suppression sont très lourdes. De plus, il n’y a pas vraiment de suppression « rapide » comme pour WP. Enfin, il est possible d’avoir 40 photos différentes pour un même sujet (même en deux dimensions), mais rares sont les contributeurs qui travaillent à améliorer les photos existantes : en général, on préfère en ajouter une mieux.

    Pour moi, Commons est un ogre insatiable, et finira par grandir tellement qu’on ne pourra plus y trouver ce qu’on cherche. Il n’y aura plus que les auteurs des photos qui savent ce qu’ils peuvent y trouver, et donc seront capables des les utiliser pour illustrer les articles de l’encyclopédie.

    Il y a aussi un point de vue qui contribue à cela : pour moi, Commons était une base d’illustration des articles, et pas une base de données photographiques la plus grande possible. Or c’est actuellement le cas (via les intégrations des fonds « libres » existants), et ça n’aide pas au bouzin.

  3. Cantons-de-l'Est dit :

    Billet qui fait réfléchir à la fois à l’avenir de WLM et de Commons. Si au minimum WLM peut corriger quelques irritants, ce sera déjà un pas dans la bonne direction.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s