Parlons CAr (Partie 1)

Il y a quelques jours, j’ai annoncé que je ne me représenterais pas, dans un avenir rapproché, au Comité d’arbitrage de Wikipédia. J’y ai aussi expliqué pourquoi je ne le ferais pas. Je pense que le tour de la question a été fait là-bas. Ce n’est pas l’objet de ce billet. Cependant, cette décision me permet, à mon sens, de discuter de la marche du comité dans ce blog. En effet, comme je n’y serai plus impliqué, je pense que le devoir de réserve que je m’étais donné perd de son sens et peut être levé.

J’aimerais faire ici la défense de la décision à laquelle j’ai participé dernièrement puisque celle-ci a été plutôt contestée suite à son annonce, que ce soit directement sur Wikipédia ou dans la blogosphère wikipédienne. Il s’agit de la conclusion de l’arbitrage communautaire lancé par Touriste contre Patrick Rogel.

En résumant, je dirais que les critiques ont porté sur trois fronts principaux:

  1. Les arbitres ont erré en étudiant des comportements ayant eu lieu après la phase d’argumentaire et de témoignage et qui n’ont pas été soulevés pendant celles-ci;
  2. Les arbitres ont inventé une notion d' »incivilité » plutôt que de faire référence aux règles de Wikipédia;
  3. Les arbitres ont rendu une décision difficile à opérationnaliser ou à comprendre pour les administrateurs.

J’aimerais prendre le temps de répondre sur ces trois fronts dans deux billets différents, question d’aller au fond des choses sans que ça soit trop long pour lire en une fois. Dans un troisième billet, je vous livrerai mes impressions plus générales sur ma participation au CAr pendant la dernière année.

Sur la question de l’auto-saisine

Comme j’ai bien de la difficulté à trouver une définition de l' »auto-saisine » dans les dictionnaires que je consulte régulièrement, je vais essayer d’en formuler une ici:

L’auto-saisine est l’action par laquelle un tribunal (ou plus généralement une organisation) se donne juridiction sur une situation.

Or, quel est le mandat du CAr? Régler les problèmes qui lui sont soumis et qu’il juge recevables en recherchant une solution équitable au conflit. Il est donc primordial qu’un problème soit soumis au CAr et que celui-ci soit jugé recevable pour que le CAr ait « juridiction » sur ce problème.

Il serait complètement bizarre que le CAr décide, selon son bon vouloir et sans que personne ne lui demande de le faire, d’instaurer un arbitrage entre deux contributeurs en conflit ou de lancer un arbitrage communautaire contre un bénévole de l’encyclopédie. Il s’agirait là de se donner lui-même juridiction sur un problème qui ne lui a pas été soumis par un tiers. Et, dans ces conditions, on serait bien face à une auto-saisine.

Dans le cas qui nous intéresse, Touriste a saisi le CAr d’un arbitrage communautaire contre Patrick Rogel portant sur des allégations d’incivilité dans le traitement des PàS. Par la suite, le CAr a jugé que cette démarche était recevable. À partir de là, le CAr avait donc juridiction sur un problème d’incivilité de Patrick Rogel.

Pour mener à bien l’attestation des allégations de Touriste, il fallait donc se pencher sur le comportement de Patrick Rogel. L’argumentaire de Touriste a été utile pour ce faire. Le contre-argumentaire de PR servait à expliquer certains point et faire valoir « sa défense ». Les témoignages avaient pour but d’amener de l’eau au moulin des arbitres. Ainsi, pendant tout ce temps, il aurait fallu cesser d’observer PR et tenir compte uniquement de ce qui avait été écrit dans les témoignages? Je trouve cela absurde. PR continue d’exister tout au long de la procédure et son comportement lors des PàS est à même de démontrer sa compréhension des reproches qui lui sont faits.

J’aimerais reprendre ici les mots de Sammyday:

Et puis, quand on est soumis à un arbitrage et qu’on est un peu plus malin que la moyenne, on met en suspens le genre d’action qui semble problématique, en attendant que les arbitres tranchent la question : il n’y a jamais d’urgence (ou alors c’est du mépris assumé vis-à-vis de l’action des arbitres, et on sait tous ce que ça peut donner).

Loin de moi l’idée de penser que Patrick Rogel n’est pas « malin », au contraire. Ainsi, ça nous laisse dans la deuxième option évoquée par Sammyday. Étant donnée l’attitude de Patrick Rogel dans la demande de révision qu’avait demandée Suprememangaka concernant l’arbitrage qui avait eu lieu dans le passé, peut-être est-ce la meilleure explication à ce qui a poussé PR à poser les actions qui ont mené à son blocage. Ou peut-être existe-t-il une autre raison que je ne vois pas. Je suis bien ouvert à entendre cette explication.

D’ailleurs, la décision des arbitres impose de regarder le comportement de PR dans les PàS s’il fait une demande de révision de l’arbitrage. Faudra-t-il absolument que les arbitres ne regardent que ce que PR leur proposera ou devront-ils demander des témoignages? Non. Ils iront voir les contributions de PR dans les derniers mois en faisant peut-être appel à d’autre personnes et rendront un jugement. Aurions-nous auto-saisi les arbitres du futur sans nous en rendre compte?

Aussi, je trouve que tout cela forme beaucoup de bruit pour rien… Si on est un peu attentif au déroulement de l’arbitrage, la question des agissements de PR après les témoignages n’aura servi qu’à lui imposer un blocage de deux semaines, qui n’est pas volé compte tenu des actions qui l’ont amené dans cet arbitrage et ce diff, entre autre, qui ne pourrait être qualifié de respectueux des règles édictées par WP:ENV ou WP:FOI. Est-ce que les personnes qui contestent cette mesure peuvent dire que cela ne mérite pas de blocage?

Au passage, je rappelle que le précédent arbitrage qui avait eu lieu impliquant PR lui avait imposé un blocage de 6 mois et que tous les arbitres participants ont vu dans ce nouvel arbitrage une forme de récidive. Ainsi, recevoir un blocage de deux semaines dans ce contexte est un moindre mal. Il ne faudrait pas non plus perdre la vision globale.

Finalement, dans un autre cas récent, les arbitres avaient tenu compte des agissements d’un arbitré lors de la conclusion de la procédure pour décréter son bannissement (une sanction hautement plus significative). Étrangement, les contradicteurs du CAr, à cette époque n’avait trouvé mot à redire sur la question. Étrange différence de traitement…

La suite

Dans mon prochain billet, je répondrai aux deux autres critiques qui ont été formulées face à la récente décision que nous avons rendue. Dans le dernier billet de la série, j’expliquerai mes impressions générales sur le CAr et le contexte dans lequel il vit.

Publicités
Publié dans Comité d'arbitrage, Mes deux cents, Wikipédia | Tagué , | 1 commentaire

Tirer sur l’ambulance

L’outil de retour des lecteur est un échec complet. Un exemple… Image: Trizek, CC-BY-SA 3.0, source

Il me prend une petite envie aujourd’hui d’armer ma mitraillette et de lâcher une belle grosse salve sur l’ambulance qui file devant mes yeux. Dès le lancement de l’outil de retour des lecteurs (que je nommerai maintenant ORL), je m’étais dit que cet objet ne ferait que faire perdre du temps aux rédacteurs qui auraient à s’en occuper. Je n’avais pas entrevu un effet de bord encore plus inquiétant: il semble qu’en plus d’être coûteux en temps de gestion, il fait perdre l’envie de contribuer à certains contributeurs.

L’ORL a failli à tous les égards. Il est mal conçu. Il est mal intégré à l’interface des sites de la Foundation. Il n’est pas facile à trouver et à surveiller. Il n’a pas réussi à attirer des nouveaux rédacteurs. Il a créé un fouillis de commentaires non-pertinents et difficiles à gérer. Il n’a pas su mobiliser la communauté pour que sa maintenance soit assurée. Bref, c’est un flop total.

Ma plus grande crainte par rapport à cet outil était que ça deviendrait une nique à vandalisme. C’est malheureusement absolument le cas. Je craignais aussi qu’on y retrouve presque exclusivement des demandes de renseignements insignifiants qui n’ont pas d’intérêt encyclopédique, du genre: « Ki è la ptite ami de Justin Bieber? ». Faites un tour, vous verrez que ça se compose essentiellement de ça, à part le vandalisme. Finalement, je me doutais bien qu’une bonne quantité de commentaires seraient de la forme « I fô plusse d’image ». J’avais visé juste. Le problème c’est qu’illustrer des articles comme Pokémon ou U2 est une tâche assez complexe dû aux différentes restrictions engendrées par les droits d’auteurs. Presque toutes les pages de Wikipédia mériteraient de comporter plus d’images de qualité. Or, ce n’est pas possible. Inutile de le demander.

Cette nouvelle vague de remontrances sur le sujet me convainc de l’inutilité de l’ORL. Un commentaire du bistro a sonné particulièrement vrai à mes oreilles:

Soit nos lecteurs sont tous des demeurés, soit on n’a réussi qu’à stimuler la part de demeurés parmi eux.

La vérité se trouve cependant probablement ailleurs. Les personnes qui ont des choses très pertinentes à dire ont déjà probablement compris qu’ils peuvent modifier Wikipédia pour régler les problèmes qu’ils évoqueraient sur l’ORL. Ils ne se gênent probablement pas pour le faire et, donc, n’utilisent pas l’ORL. Cela le laisse donc aux autres, qui n’ont pas grand chose de pertinent à dire.

Aujourd’hui même, j’ai vu passer sur ce tweet:

There’s a reason that comments are typically put on the bottom half of the internet. (Traduction: Il y a une bonne raison pourquoi les commentaires forment généralement la deuxième moitié d’internet.)

Je pense que cela s’applique à l’ORL. Je propose de couper cette moitié inutile question de laisser à Wikipédia le statut d’exception positive sur Internet, libre de la pollution qu’on retrouve généralement sur les sites qu’on visite comme la publicité et les trucs qui bougent sans qu’on le demande.

Publié dans Mes deux cents, Wikipédia | Tagué , , , | 1 commentaire

L’Académie française … du plagiat

Dany Laferrière lors du Salon du livre de Paris. Il a été admis jeudi le 12 décembre 2013 à l’Académie fraçaise. Auteur: Georges Seguin, sous licence CC BY-SA 3.0, source

Ce jeudi, l’Académie française annonçait l’élection de Dany Laferrière au siège numéro 2, faisant de cet auteur québéco-haïtien son plus jeune membre. C’est une fierté pour l’ensemble des francophones de l’Amérique de voir un auteur issu de leur réalité prendre place dans une institution responsable d’édicter le « bon français ». Pour moi, c’est une reconnaissance de la valeur du patrimoine francophone résidant à l’extérieur de la métropole. Or, ce n’est pas l’objet de ce billet.

À la suite de cette annonce, plusieurs personnes se sont précipitées sur le site de l’Académie pour en savoir plus sur le nouveau membre élu. En réponse à cette curiosité, la vénérable institution a publié une biographie de l’auteur de « Comment faire l’amour à un nègre sans se fatiguer », lauréat du prix Médicis pour L’énigme du retour et de beaucoup d’autres ouvrages. Mon ami François Gagnon remarque, à propos de cette biographie, sur son propre blogue :

Le style est curieusement peu soutenu pour l’Académie française, n’est-ce pas? De plus, M. Laferrière ne collabore plus à Bazzo.tv depuis un bon moment. D’où peut bien venir cette information? […] Peut-être de l’article Wikipédia qui lui est consacré […]. C’est un peu dommage de passer ainsi sous silence le travail des rédacteurs de Wikipédia et de reprendre son contenu sans référence.

Loin de moi l’idée de voler le scoop à François, j’aimerais plutôt le mettre en valeur en remarquant sa perspicacité. C’est un coup de maître de sa part de déceler un plagiat dans les lignes de l’Académie française.

Cependant, j’aimerais faire quelques remarques en lien avec la biographie et le billet de mon ami. D’abord, il est vraiment triste de voir une institution composée essentiellement d’auteurs dont le salaire provient des droits d’auteurs sur leurs publications et de la renommée qu’ils ont acquise grâce à celles-ci se rabaisser à pomper Wikipédia sans citer la source pour écrire un article biographique sur un de leurs membres. N’auraient-ils pas pu mandater un des leurs pour rédiger un court texte de présentation? N’ont-ils pas un service de rédaction un tant soit peu développé qui pourrait faire une synthèse un peu plus subtile d’informations récupérées à gauche et à droite? Qu’auraient-ils dit si on avait fait la même chose avec un de leurs livres? Tout cela est très représentatif du monde de l’information rapide dans lequel nous vivons. Sitôt l’événement arrivé, il faut tout de suite écrire sur le sujet, quitte à copier ce qui est dit ailleurs.

Aussi, cette histoire est à la fois une belle fleur faite à Wikipédia et un très bon exemple d’une faiblesse de l’encyclopédie. La fleur, c’est que même l’Académie française, institution phare dans le domaine de la langue française, juge qu’elle ne peut pas faire mieux que les contributeurs de Wikipédia quand vient le temps d’écrire sur un sujet d’intérêt public. Hourra! pour tous ceux qui ont participé à la rédaction de cet article, vous êtes dignes de l’Académie. En même temps, on voit là un problème récurrent dans l’encyclopédie : sa grande taille et son petit nombre de contributeurs font que, même pour des sujets d’envergure moyenne, certains articles ne sont pas à jour. Ainsi, comme le fait remarquer François, certaines informations présentes dans l’article sur Laferrière ne sont tout simplement plus à jour. Si l’Académie en vient à ajouter un lien vers Wikipédia dans sa présentation, peut-être que le trafic causé par la nouvelle de la nomination permettra cette mise à jour.

D’un autre côté, je ne peux m’empêcher de sourire quand François s’interroge : « Le style est curieusement peu soutenu pour l’Académie française » et qu’il finit par conclure que c’est parce que ça vient de Wikipédia. Serait-il en train de dire que le style de Wikipédia n’est pas très soutenu, habituellement? Assez pour la taquinerie.

Finalement, comment peut-on, encore aujourd’hui, être assez lâche pour ne pas donner les sources de ses informations? Que l’Académie française copie Wikipédia, ce n’est pas fondamentalement un problème, surtout si les textes présents dans l’encyclopédie sont pertinents. Je dirais même que c’est plutôt bien qu’elle le fasse et c’est permis par la licence. Mais de grâce, prenez les quelques secondes nécessaires pour inscrire « Source : Dany Laferrière sur Wikipédia, sous licence CC BY-SA 3.0, liste des auteurs » à la suite du texte. J’aimerais bien voir un de ces auteurs poursuivre l’Académie pour plagiat et non-respect de la licence. Je pense qu’on est clairement à l’extérieur du droit de citation courte…

J’espère qu’un vent de cette histoire ira jusqu’aux oreilles d’une personne à l’Académie française et qu’ils auront la décence de rectifier la situation, non pas en enlevant la biographie comme des lâches pris sur le fait, mais bien ajoutant la mention de Wikipédia à la suite de la biographie. De cette manière, ils rectifieront leur erreur et rendront à Wikipédia ce qui lui appartient.

Publié dans Mes deux cents, Wikipédia | Tagué , , , , | 3 commentaires

Ce qui me sape mon énergie sur Wikipédia…

Après quelques années dans un milieu, on devient très conscient des problèmes qui existent dans cet environnement. Au-delà des problèmes réels, il y a aussi ces petites choses qui affectent notre plaisir d’y participer. L’excitation des premiers temps disparue, on tend parfois à donner plus d’importance à ces désagréments qu’ils ne devraient en prendre. Dans ce court billet, j’aimerais en faire la liste. Peut-être que ce « rant » aura quelques effets bénéfiques sur moi.

1) L’aspect de plus en plus corporatif de Wikipédia.

Au jour le jour, on rencontre beaucoup plus souvent qu’avant sur Wikipédia des interactions d’utilisateurs issus du milieu corporatif et qui sont dans le projet uniquement pour faire valoir ou protéger les intérêts de leur compagnie ou organisme. Quelques exemples: celui-ci qui veut faire changer le nom de l’article de sa compagnie ou celle-ci qui ajoute des liens d’une importance mineure vers des fonds d’archives. Je pourrais vous donner plein d’autres exemples, on en croise tous les jours.

Cet écureuil est vraiment d’une importance capitale. Il faut lui écrire un article individuel, je n’en démord pas.

Tout ça me donne l’impression qu’on s’éloigne de l’idéal du début: un groupe de personnes désintéressées qui écrivent une encyclopédie neutre basée sur des sources secondaires. Et combien de conflits sont créés parce que ces personnes intéressées ne sont pas capables de faire la part des choses entre ce qu’ils aimeraient voir apparaître sur l’encyclopédie parce que le sujet leur tient à cœur et ce qui devrait apparaître dans une ENCYCLOPÉDIE. La confrérie des amateurs de vins de Saint-Julien n’est pas intéressante pour une encyclopédie, tout comme ma personne ou ce blog; pourquoi autant de chicanes pour des bêtises?

2) Les personnes qui ont tort et qui n’arrivent pas à l’admettre

Tout le monde aimerait être infaillible. J’aimerais avoir toujours raison. Or, ce n’est pas possible. Et il serait temps que l’ensemble des participants à Wikipédia s’en rendent compte. Que vous argumentiez de bonne foi n’est pas un problème pour moi. Je participerai toujours avec plaisir à une discussion dans laquelle les intervenants travaillent pour faire valoir un point et apportent des arguments valides pour soutenir ce discours. Cependant, j’ai une haine profonde pour les gens qui n’acceptent pas d’avoir tort et qui s’entêtent dans une attitude négative plutôt que d’admettre leur erreur et passer à des choses plus constructives.

Examinons un exemple: l’usage du mot stipuler dans les articles. Je révoque un utilisateur qui prétend faire une correction en remplaçant le verbe « stipuler » qu’il juge non-approprié pour une constitution ou un traité (c’est effectivement une interprétation correcte de certaines définitions mais bien trop stricte à mon humble avis) par le verbe « présiser », une erreur flagrante d’orthographe. Lorsque je lui fait remarquer qu’il fait erreur en orthographiant mal le mot, il se braque et refuse d’accepter son erreur. Plutôt, il essaie de m’intimider avec « ses années de pratique dans le domaine » et de noyer le poisson. Finalement, il quitte Wikipédia en m’accusant de son départ quand, au final, je ne lui ai que pointé une erreur d’orthographe et souligné que l’interprétation de la définition d’un mot à laquelle il s’arrêtait était un peu trop stricte selon moi.

Bien faire et laisser braire, c’est exactement ce à quoi aspire ce chevreuil

S’il avait accepté son erreur et était retourné en arrière pour corriger celle-ci, toute cette histoire se serait réglée en 5 minutes. À la limite, une discussion aurait pu être entreprise pour déterminer un consensus sur l’utilisation du mot stipuler. Respecter les façons de faire de Wikipédia est si compliqué…

Ma mère dit souvent « Bien faire et laisser braire ». C’est effectivement ce que j’essaie de faire dans la vie. Cependant, c’est vraiment difficile et usant lorsqu’on fait face à des personnes qui ne veulent vraiment pas bien faire et qui braient beaucoup…

3) L’incapacité chronique de mettre les choses en perspective des contributeurs de Wikipédia

Tiré de XKCD, sous licence CC-BY-NC 2.5

Tiré de XKCD, sous licence CC-BY-NC 2.5 (original)

Wikipédia est un objet merveilleux et ses contributeurs travaillent très fort pour cela. Une partie de cet effort est certainement motivé par une certaine tendance dépendante que beaucoup des contributeurs réguliers de Wikipédia possèdent.

Je suis sûr que la plupart des pseudos qui figurent dans le top 1000 des contributeurs et beaucoup d’autres sont un peu comme moi, incapables de laisser leur écran parce que « quelque chose est faux sur Internet ».

C’est une qualité intéressante qui nous pousse à travailler fort pour que les articles soient excellent. C’est aussi une force qui nous encourage à investir des milliers d’heures dans un site web pour enlever des « pipi-caca » ou écrire des articles de qualité sur des sujets extrêmement pointus.

Malheureusement, c’est aussi une addiction qui nous empêche parfois de mettre les choses en perspective. Tellement absorbés par l’intensité de notre implication, nous oublions qu’écrire « boîte de conserve » ou « boite de conserve », mettre une apostrophe droite ou courbée, écrire que Mario Lemieux est québécois ou canadien et tellement d’autres choses causant des chicanes ne sont pas des bonnes raisons pour briser son ordinateur ou ne pas dormir. Si on ne fait pas attention, on devient complètement obsédé par des petites choses qui, mises en perspective avec les vrais problèmes de la vie, ne représentent qu’un atome d’importance parmi une mer de préoccupations.

Cette incapacité à mettre les choses en perspective nous mène souvent à faire des montagnes avec ce qui n’est pas grand chose et à poser des actes qui sont complètement hors de proportion avec l’importance du sujet. S’en prendre personnellement à une personne, claquer la porte de l’encyclopédie en grand fracas, suivre à la trace une autre personne, être intentionnellement arrogant et insultant dans le but de mener les autres à la faute sont autant d’exemples de comportements observables au quotidien dans l’encyclopédie et qui sont souvent responsables des moments de très mauvaise ambiance qui peuvent survenir dans les espaces de discussion de la communauté.

La solution….

Il n’y a pas vraiment de solution aux problèmes que j’évoque, à part, justement, de mettre les choses en perspective et de bien faire en laissant braire. Une façon d’atteindre ce résultat est d’écrire un blogue pour chialer un bon coup puis remettre son sac de pèlerin. Ainsi va la vie sur Wikipédia.

Une autre solution: regarder de beaux paysages, loin de son ordinateur…

Publié dans Mes deux cents, Wikipédia | Tagué , , | 8 commentaires

Wiki loves monument : a-t-on fait le tour du jardin?

Le 30 septembre dernier se concluait la troisième édition du concours de photographie Wiki Loves Monuments (WLM). Cette édition a brisé le record Guinness du plus grand concours photographique qui avait été établi l’an passé par la deuxième mouture du concours. Plus de 369 000 fichiers photographiques de monuments historiques ont été versées sur Wikimedia Commons en provenance de 53 pays différents. C’est certes un résultat impressionnant.

Un exemple typique de ce que je reproche au concours WLM. Une photo inintéressante d’un bâtiment historique inintéressant qui ne sera probablement jamais réutilisée. Un concours qui valorise ce genre de photos a un problème. Auteur: Paul Reichert , CC BY-SA 3.0 (source)

Cependant, on peut se questionner sérieusement sur ce qu’apporte ce concours à l’univers wikimédien et réfléchir sur la pertinence de rééditer année après année ce concours. Un jour ou l’autre, on ne brisera plus de records ou la participation ira en déclinant. Est-on déjà arrivé à ce jour? Les ressources investies dans l’organisation de ce concours valent-elles le gain qu’il engendre? Je pense qu’il y a lieu de se poser la question.

Quantité implique qualité?

L’objectif final du concours Wiki Loves Monuments est de recueillir le plus de photos de monuments historiques. On priorise donc la quantité par rapport à la qualité. Cette vision des choses est d’ailleurs un des points particuliers de Wikimedia Commons. Au contraire de la plupart des sites fournissant des ressources multimédia (Getty Images, iStockPhoto, etc.), Commons considère que, le coût de stockage des photos étant presque nul, il est plus avantageux de viser avoir une grande quantité d’image plutôt que d’en choisir un stock limité d’images pertinentes. À mon avis, c’est une erreur stratégique qui a pour effet de donner l’impression que Commons ne contient que des images de mauvaise qualité. Pour démontrer ce point, j’invite souvent les gens à aller voir la catégorie du Château Frontenac sur Commons (ici). Oui, on y trouve plusieurs bonnes photos de ce monument, mais on y trouve aussi beaucoup de photos impubliables. Malheureusement, cette réalité s’observe un peu partout sur les catégories de Commons.

Mon problème avec le concours Wiki Loves Monuments est qu’il encourage à l’extrême ce phénomène. En effet, plutôt que d’encourager les gens à prendre des photos de qualité de monuments historiques, on les encourage à nous aider à briser le record et à photographier tous les monuments d’une région ou d’un pays. Le résultat: un gros paquet de photos semi-bonnes de monuments historiques d’importance mineure.

Au cours des deux dernières éditions du concours, j’ai participé à préselectionner les images canadiennes du concours. J’avais pour tâche de faire une pré-liste qui allait être soumise aux juges qui noteraient les photos. Cela impliquait de regarder l’ensemble des photos soumises depuis le Canada (plus de 5000 en 2012, autour de 2500 en 2013) pour en sélectionner les meilleures. Oui, il en est ressorti quelques bonnes photos qu’on peut voir dans cette galerie. Cependant, 30 photos de qualité pour 5000 images versées sur Commons, c’est un rapport signal/bruit beaucoup trop faible pour être encouragé.

Ce problème fondamental d’objectif est une chose que j’avais voulu modifier lors du concours Wikipédia prend Québec. Au lieu de valoriser la chasse aux images en donnant des points à des cibles ce qui favorisait le fait de courir et de prendre des mauvaises photos en grande quantité, stratégie qui était choisie pour tous les autres événements Wiki takes … , j’avais demandé aux participants de favoriser les images de qualité et un portfolio épuré. Je pense que le résultat avait eu un rapport signal/bruit beaucoup plus intéressant.

Si on refaisait le concours Wiki Loves Monuments, il faut absolument réfléchir à une façon de prioriser la qualité plutôt que la quantité.

Proposer des bonnes valeurs

La publication d’images sur Internet est une chose complexe. Commons a un paquet de règles complexes qui sont liées aux diverses législations sur le droit d’auteur qui existent dans le monde. De plus, comme Commons est basé sur un mode de contribution qui permet la réutilisation des images publiées sous licence libre. Ce contexte a pour impact de limiter grandement ce qui peut être déposé sur le site et d’imposer une grande prudence et surveillance. Tel que je l’ai déjà expliqué dans ce blogue, la rectitude des images face aux lois est absolument nécessaire pour protéger la personne qui publie les images et aussi la personne qui pourrait les réutiliser sous les conditions de la licence.

Or, Wiki Loves Monuments porte sur une branche de la photographie qui comporte beaucoup de subtilités légales: l’architecture. En effet, il est très difficile de savoir si une photo d’un bâtiment est publiable. Est-ce que le pays dans lequel se trouve le bâtiment a la liberté de panorama? Est-ce que le bâtiment est toujours sous la protection du droit d’auteur de son architecte? Est-ce que le bâtiment est une oeuvre architecturale ou une construction en série qui n’engendre pas de droit d’auteur? Ce sont là toutes des questions auxquelles il faut répondre avant de publier une telle photo. En plus, il me semble tellement étrange de proposer un concours photographique portant sur l’architecture dans un pays où il est plus ou moins interdit de publier des images d’architecture récente, comme la France par exemple. Il doit falloir beaucoup de bras pour gérer cette grande quantité de photos potentiellement inadmissibles sur Commons…

Wiki loves monuments ne conscientise pas ou du moins très peu à ces questions pourtant fondamentales. Beaucoup d’images sont versées alors qu’elles ne devraient pas être publiées et mettent dans une situation potentiellement légalement problématique l’ensemble des personnes qui utiliseront ces images. Il faut absolument que nous améliorons notre compréhension des questions légales qui entourent la publication de photos architecturales et que le concours WLM serve de moment-clé pour la transmission de ces connaissances.

De plus, en conjonction avec le précédent problème, l’arrivée massive de nouvelles photos pendant un mois cause un problème de révision. Il est très difficile d’assurer une supervision de toutes les entrées quand on reçoit plus de 20000 photos par jour. Il est donc fort probable que le concours ait eu comme conséquence de faire augmenter significativement le nombre de photos non-acceptables sur Commons.

Malheureusement, l’appel public à la contribution a pour problème de s’adresser à des non-initiés. Ainsi, ceux-ci ne connaissent pas les règles et les façons de faire et peuvent faire des erreurs de bonne foi. Je n’en ai pas ici contre eux. J’en ai surtout contre les organisations qui mettent en place des structures qui engendrent un afflux massif de ces erreurs de bonne foi. C’est structurellement qu’il faut s’assurer que les nouveaux utilisateurs se joignant au mouvement font les choses correctement. À mon avis, la structure actuelle ne joue pas du tout ce rôle.

Un contrat clair?

Une autre question fondamentale qui se pose lorsqu’on regarde le déroulement du concours est de savoir si les personnes qui y participent comprennent bien le contrat qu’ils prennent lorsqu’elles soumettent leurs images. Est-il bien clair que ces personnes acceptent de publier pour le reste des temps leur images sous licence CC-BY-SA? Est-ce un choix éclairé? Leur a-t-on clairement expliqué les implications de ce choix? D’ailleurs, Wikimedia Commons accepte toutes les licences libre qui permettent la réutilisation commerciale et la modification. Pourquoi ne pas permettre une autre licence que la CC-BY-SA?

Pour moi, cet aspect est un autre problème de ce concours. On demande à des gens de publier des images sous une licence très libérale sans les informer clairement de ce choix. Prenons par exemple le règlement officiel de la version française du concours (ici). On y lit: »Les photographies proposées sont sous licence Creative Commons – Paternité – Partage à l’identique 2.0 France ou toute licence libre équivalente. »  Pas même un lien vers le contrat de licence, ni une explication des implications d’un tel choix de licence. Quelles sont les alternatives? Comment faire un choix éclairé? On y lit aussi: « Les participants doivent s’assurer que leurs photographies respectent toutes les réglementations, en particulier celles liées à la propriété, au droit à l’image des personnes et au droit d’auteur des architectes. » Quelles sont ces lois? Où peut-on se renseigner sur la question? Qui peut me dire si mes photos sont correctes? De plus, on ne spécifie pas que seul le publiant implique sa responsabilité lors de la publication et qu’il pourrait faire face à des problèmes légaux s’il ne respecte pas ces règles.

Bref, je trouve que Commons comporte beaucoup trop d’aspects légaux et que la licence choisie implique une décision de publication beaucoup trop importante pour qu’on puisse seulement demander naïvement à des gens de publier leurs images dans le concours. Je serais très curieux de voir la réaction d’une personne qui n’avait jamais publié de photos avant sur Internet lorsqu’elle verrait sa photo publiée ici dans mon blog ou dans un journal en toute légalité. Je ne pense pas que les participants au concours sont conscients de cette possibilité et c’est un point négatif.

Crée-t-on vraiment de nouveaux utilisateurs de Commons?

Comme c’est un but du concours, il est important de se questionner sur la réalité de l’apport en nouveaux contributeurs d’un tel concours. Dans le cadre de l’édition de cette année, j’ai dû faire quelques suppressions d’images et demander des détails aux utilisateurs qui avaient importés les images sur Commons. Sur les quelques messages que j’ai laissés sur des pages de discussions d’utilisateurs, seule une personne m’a répondu et je peux garantir que ce ne fût pas une aventure qu’elle recommencera. Bref, oui, Commons gagne beaucoup d’images de bâtiments historiques mais l’apport en nouveaux contributeurs ne me paraît pas à première vue très important. J’aimerais lire ce que la Foundation a à dire sur le sujet et si elle a fait des études sur la question.

Est-ce que ces images sont vraiment utiles?

Le caveau à légumes de Beaupré. Nous en avons une bonne photo, en faut-il plus. Auteur: JeffT , CC BY-SA 3.0 (source)

Il y a beaucoup de monuments historiques au Canada. Certains sont très connus et leurs illustrations sont très utiles sur Commons. D’autres sont beaucoup moins connus et je doute de la pertinence d’encourager l’accumulation de clichés de ces bâtiments. Le caveau à légumes de Beaupré est un monument historique. Est-il vraiment nécessaire d’organiser un concours dans lequel on encourage les gens à déposer quantité d’images de celui-ci? J’en doute.

Pourquoi ne pas faire un concours dans lequel on encourage les gens à prendre des photos de choses qui ne sont pas illustrées sur Commons ou de les encourager à poser leurs photos dans les articles de Wikipédia? Pourquoi ne pas favoriser l’illustration géniale de monuments historiques plutôt que la quantité.

Mon impression est qu’il ne faut pas limiter les gens à des listes de choses plus ou moins intéressantes. Il faut les encourager à prendre des bonnes photos et à les publier en toute conscience sous licence libre.

Les monuments historiques: seuls objets terrestres dignes d’être photographiés?

Les humains ont construit toutes sortes de choses. Ces constructions s’ajoutent aux merveilles de la nature que nous pouvons capturer du bout de notre objectif photographique. Pourquoi limiter le concours à des objets qui font partie d’une liste gouvernementale? Je ne pense pas que j’aie à pousser ce point plus loin pour me faire comprendre.

Un format à réviser

Vous l’aurez compris, je ne suis pas pour une nouvelle édition du concours Wiki Loves Monuments dans le même format que les trois précédentes moutures. Il est temps de renouveler le concept ou d’en proposer un autre qui mettrait en valeur non pas la capacité humaine à prendre des tonnes de clichés plus ou moins bons de trucs listés par un gouvernement mais la grande créativité humaine et la beauté naturelle du monde dans lequel nous vivons.

Il faut maintenant penser un façon plus efficace de dénicher les plus beaux joyaux que peuvent produire les Wikimédiens et ce sans avoir à demander une quantité phénoménale de photos de monuments dont l’intérêt est limité.

Dans ma prochaine publication, j’ai l’intention de passer de la critique à l’action en proposant un nouveau format qui irait plus clairement au point et qui proposerait une compétition réelle aux plus grands concours photographiques.

Galerie

Voici quelques images de monuments historiques de mon cru qui ne participent pas au concours puisque j’en suis un organisateur.

Publié dans Commons, Licences, Photographie, Wikipédia | Tagué , , , , | 4 commentaires

Permettre la contribution sous IP et insister pour qu’on se crée un compte : une contradiction?

La question revient environ une fois par mois quelque part sur Wikipédia, dont tout dernièrement sur le bistro: « N’y a-t-il pas une contradiction entre le fait de laisser les gens contribuer à Wikipédia sous IP (ou dit autrement, sans créer un compte) et le fait de demander régulièrement de se créer un compte pour contribuer »?

La Wikimedia Foundation est claire sur le sujet de l’identification pour contribuer, que ce soit dans son ancien énoncé de principes ou dans celui qu’elle propose en ce moment à la communauté: « Because we believe that you shouldn’t have to provide personal information to participate in the free knowledge movement, you may […] read, edit, or use any Wikimedia Site without registering an account. » (Traduction: « Parce que nous croyons que vous ne devriez pas avoir à fournir d’informations personnelles pour contribuer à un mouvement pour le savoir libre, vous pouvez […] lire, éditer ou utiliser les sites de la Wikimedia Foundation sans utiliser un compte enregistré. ») Cependant, cette politique est aussi bien claire sur les conséquences de ce choix; toutes les contributions faites par des utilisateurs qui n’utilisent pas de compte enregistré seront attribuées à l’adresse IP desquelles elles originent.

Quelles sont les raisons qui justifient cette orientation? Pourquoi certaines personnes la contestent-elles? Quelles sont les raisons qui poussent la communauté à parfois dévaluer le rôle des IPs (j’entends par là « les personnes qui contribuent sous IP »)? Voilà autant de questions qui sont soulevées à chaque fois que ce débat refait surface. Je me propose de les expliquer ici ainsi que l’absence de contradiction dans le discours de la communauté.

Pourquoi l’édition sous IP est-elle permise et nécessaire? 

Les réponses à cette question sont aussi variées qu’il existe de personnes éditant l’encyclopédie sans utiliser de compte enregistré. Question de mieux comprendre ce qui pousse la Foundation à le permettre, voyons quelques raisons évidentes. Bien sûr, ce ne sont que quelques exemples qui permettront au lecteur de se convaincre du bien fait de la contribution anonyme.

1) Parce que certaines personnes préfèrent l’anonymat et ne veulent pas révéler quoique ce soit de leur personnalité sur Internet, en général.

En refusant de s’identifier par un pseudonyme stable, ces personnes ne révèlent pas leurs centres d’intérêts, leur provenance, leur sexe ou toute information qui pourrait être révélée par eux ou par une analyse de leurs contributions. En effet, je vous invite à regarder ma page d’utilisateur ou ma liste de contributions dans les différents projets de la Foundation et vous serez probablement capable de tirer beaucoup de conclusions sur qui je suis. En refusant de s’identifier, on évite de permettre ce genre d’analyse. C’est une chose souhaitable pour certaines personnes et il est pertinent de respecter ce choix.

2) Parce que certaines personnes pourraient subir des conséquences externes à Wikipédia à cause de leurs contributions.

En effet, si je suis chinois et je publie des informations contre le régime, plus il existe d’informations permettant de m’identifier, plus il existe de chances de subir des pressions de mon gouvernement pour que j’arrête de publier. En permettant l’édition anonyme, on permet la libre circulation des idées et des informations. Le même principe vaut, par exemple, sur Reddit.

3) Parce que certaines personnes ne veulent pas être associées aux sujets sur lesquels ils veulent écrire.

Prenons un exemple: René Lévesque a été un politicien canadien, fondateur du Parti Québécois et très attaché à la souveraineté du Québec. S’il était encore en vie, il saurait où aller chercher toutes sortes d’informations sur les partis politiques québécois, dont les partis considérés comme étant ses adversaires. Or, il serait souhaitable que René Lévesque rende disponible ces informations sauf qu’il ne le fera pas à moins d’être certain qu’il ne pourra être associé à ces contributions. Permettre d’éditer anonymement rend possible cette contribution.

4) …

Je vous invite à donner d’autres raisons en commentaire à cet article.

Pourquoi certaines personnes critiquent-elles la contribution anonyme?

Une des choses qui ressort fortement de la discussion sur la politique de confidentialité proposée par la Foundation est que l’anonymat existant en ce moment n’est pas tout à fait complet. En fait, associer chaque contribution à l’adresse IP d’où elle émane est une publication partielle d’une information confidentielle. Il ne manque pas grand chose pour qu’une personne tierce puisse tirer des informations importantes sur la personne derrière cette IP. En effet, la plupart des personnes qui ne font pas attention éditent Wikipédia depuis une IP fixe, associée à un point d’accès à Internet particulier. En effet, l’adresse IP qui serait associée à une contribution « anonyme » faite depuis chez moi est toujours la même. Il suffit que je fasse une contribution sous mon pseudo qui me relie à cette adresse IP (comme signer accidentellement une de ces contributions) pour que tout le monde sache que cette adresse m’appartient. Ainsi, ce qui était anonyme devient identifiable.

De plus, la plupart des adresses IP fixes peuvent être géolocalisées à un certain point. Ainsi, avec quelques simples outils, je peux déterminer d’où (physiquement) provient une contribution anonyme. Ce qui se devait d’être anonyme devient géographiquement localisable, donc beaucoup moins caché.

Mélangez les deux derniers points avec des moyens une peu plus grands que ceux disponibles pour le commun des mortels et vous obtenez une façon simple de savoir où j’habite…

C’est une des critiques fortes qui ressort du système actuel de contribution anonyme à Wikipédia. Et c’est un des arguments que font valoir certains pour demander que ce système soit changé pour quelque chose d’encore plus anonyme comme un code d’utilisateur aléatoire qui serait lié à l’adresse IP mais sans que ce lien soit public. Malgré que cela soit très important, ce n’est pas l’objet de la supposée contradiction à laquelle je veux répondre.

D’un autre côté, plusieurs personnes demandent à ce que l’on retire la possibilité de contribuer anonymement (sans utiliser un compte enregistré) parce que cette possibilité est souvent utilisée à mauvais escient. En effet, il n’est pas difficile de comprendre que plusieurs personnes utilisent la publication sous IP pour vandaliser Wikipédia ou pour y faire des trolls bien gras. Certains l’utilisent aussi pour jouer avec le système en donnant une impression de masse de contributeurs. En effet, si une personne utilise plusieurs adresses pour faire une action, elle donne l’impression que plusieurs personnes « différentes » essaient de faire cette action.

Lorsqu’une personne contribue anonymement, elle refuse de donner un point de repère à la personne avec qui elle travaille. Lorsqu’il s’agit de faire des actions unilatérales, cela ne cause pas vraiment de problème. Cependant, quand vient le temps de travailler en communauté (et c’est un des principes fondateurs de Wikipédia), cela rend difficile les interactions. Comment m’assurer que l’anonyme avec qui je transige aujourd’hui est le même que celui de la dernière fois? Comment m’assurer que cette personne à qui j’explique quelque chose mettra effectivement en branle ce que je lui explique? Ce genre de problème d’interactions communautaires font demander à plusieurs d’obliger chaque personne à avoir un compte enregistré. Cela me permet d’avoir l’assurance que la personne avec qui je discute est celle qui a le mot de passe qui permet d’utiliser ce compte (et donc, fort probablement, toujours la même).

Je pense tout de même qu’il n’est pas positif de refuser les contributions anonymes. En effet, lorsque utilisées pour les bonnes raisons, elles sont parfaitement souhaitables et positives. Cependant, il est beaucoup plus facile d’interagir avec une personne qui s’identifie.

Permettre la contribution sous IP et insister pour qu’on se crée un compte : une contradiction?

L’avantage de permettre la contribution anonyme est évident: il permet des contributions par des personnes qui ne pourraient le faire autrement. On en a donné des exemples plus haut. Je pense que personne ne s’opposera au principe de permettre à tout le monde de contribuer même s’il vit dans un endroit où un régime répressif existe ou s’il contribue malgré un conflit d’intérêt potentiel que l’anonymat lui permet d’éviter. Pour ces utilisateurs, il est nécessaire d’accorder un anonymat complet et protégé pour que l’information circule librement.

Le problème, c’est que dans la pratique, il semble y avoir plus d’utilisations malfaisantes de cette possibilité que d’utilisations conformes au but souhaité. On travaille souvent avec des IP qui brisent l’encyclopédie ou qui y viennent seulement pour y troller. Ce sont des comportements que les membres de la communauté wikipédienne n’apprécient pas et associent généralement aux IP (peut-être à tort, il faut le dire). C’est aussi ce qui fait que ces membres de la communauté soient si insistants pour que les contributeurs sous IP s’enregistrent.

La plainte des IP la plus fréquente se formule généralement autour de ceci: « La Foundation encourage l’édition anonyme et permet son utilisation mais, à chaque fois que je l’utilise, je reçois une forte pression pour m’enregistrer ». La réponse à cette plainte est malheureusement ceci: à moins que vous utilisiez l’édition anonyme pour une des bonnes raisons nommées plus haut, la nature humaine nous pousse à croire que vous le faites dans le but d’être malfaisant. Malheureusement, l’observation pratique de Wikipédia semble aussi confirmer ce constat.

Il faut donc conclure qu’à moins que vous contribuiez sur Wikipédia anonymement que pour protéger votre identité, pour faire quelque chose de clairement positif et qui n’implique pas d’interaction avec la communauté, la plupart des gens se méfieront d’une personne qui refuse de donner un point de repère sur leur identité. Vous pouvez contribuer sous IP et il est logique que la communauté vous laisse le faire. Cependant, vous ne pourrez que très difficilement profiter de la confiance de cette communauté et participer activement aux activités de celle-ci.

Ainsi, malgré ce que tentent de faire croire ceux qui font valoir cet argument pour qu’on arrête de demander la création de compte aux anonymes, il n’y a pas de contradiction entre le fait de permettre la contribution anonyme et la pression régulière que fait subir la communauté aux personnes contribuant à Wikipédia sous IP pour qu’elles se créent un compte. Cependant, il y a une contradiction évidente entre le fait de vouloir participer activement aux activités d’une communauté sans vouloir donner de point de référence sur notre identité.

Dans la vie de tous les jours, je peux accepter qu’une personne soit masquée quand elle veut faire un jeu dans lequel elle ne doit pas être identifiée ou qu’elle veut honnêtement faire valoir un point de vue auquel elle ne voudrais pas être associée. Je peux aussi comprendre qu’on empêche de montrer les personnes mineures qui participent à des procès, pour les protéger, tout en acceptant leur témoignage. Cependant, pour conclure des transactions ou travailler sur quelque chose de concret, ça me paraîtrait peu praticable de le faire avec une personne qui refuserait systématiquement de me garantir son identité. Dans ce cas, j’aurais tendance à croire qu’elle tente de profiter de son anonymat à mes dépends. Si cela tient dans la vie, cela tient aussi quand je participe à Wikipédia.

C’est essentiellement ce que fait valoir la communauté wikipédienne à chaque fois qu’une IP vient se plaindre de l’insistance à laquelle elle fait face pour qu’elle se crée un compte. À mon avis, comme vous l’avez vu, c’est tout à fait logique et correct.

Il faut donc valoriser les utilisations correctes de la publication anonyme. Il faut aussi que ceux qui veulent participer à une vie communautaire comprennent qu’il est hautement plus facile de faire affaire avec des personnes qu’on peut reconnaître. Ce n’est pas pour être malfaisant que nous vous invitons à créer un compte; au contraire, c’est parce que nous voulons être encore plus accueillants et ouverts.

Publié dans Wikipédia | 4 commentaires

Actualité et admissibilité : « it’s déjà-vu all over again »

Les événements qui se sont déroulés lundi lors du marathon de Boston ont fait resurgir un des marronniers les plus classiques de Wikipédia : peut-on traiter de sujets d’actualité sur Wikipédia? Si oui, quelles sont les balises? Quelles nouvelles sont admissibles? Combien de temps faut-il laisser avant de déterminer si le sujet est digne d’apparaître dans une encyclopédie?

Je ne vous le cacherai pas, j’ai un avis assez tranché dans ce débat, que je me garde de répéter à chaque fois qu’il ressort puisque je pourrais devenir désagréable. En gros, si quelqu’un veut écrire un article rédigé dans une bonne forme, pourquoi ne pas le laisser faire? Dans 10 ans, il restera au moins une source intéressante à consulter quand on voudra en parler et ça ne coûte pas grand-chose à personne de le laisser en place.

Je ne ferai pas le débat en longueur dans ce billet, mais j’aimerais soulever quelques contradictions dans le discours des personnes qui considèrent que les articles sur l’actualité sont presque par défaut à supprimer. Pour ce faire, je me référerai aux discussions qui ont eu lieu dans la demande de suppression de l’article sur les attentats de lundi et dans les sections qui en ont découlé sur le bistro.

Je tiens à spécifier ici que je n’ai rien contre les contributeurs de qui je tire les citations pour ce billet. Ils ont droit à leur opinion et il est correct qu’ils l’expriment. Ça ne change en rien tout le respect que j’ai pour toutes les personnes qui contribuent à l’encyclopédie, qu’ils veulent y voir de l’actualité ou non.

« Aucun recul, on ne sait absolument rien de ce qui s’est passé »

Oui, dans une telle situation, les informations sont dispersées, fragmentaires, souvent contradictoires et parfois tout simplement fausses. C’est cependant souvent le cas pour différentes situations, même celles qui se sont passées il y a très longtemps. On ne sait pas ce qui s’est réellement passé lors du suicide d’Hitler, les récits de cette histoire varient beaucoup et les preuves n’existent plus étant donné que les corps ont été brûlés. Pourtant, la chose est encyclopédique quand même : un homme ayant une importance historique s’est suicidé à la fin de son régime. Il n’est pas difficile de penser qu’à l’époque, on aurait pu affirmer, même quelques heures après l’événement, que ce moment allait être important dans le récit de la guerre. On n’en sait pas grand-chose, les récits sont contradictoires, même plusieurs années après, mais malgré tout il s’agit d’un moment décisif de la guerre, marquant la fin d’un régime. Je pense pouvoir affirmer que l’article « Mort d’Adolph Hitler » aurait été créé dans la seconde après la diffusion de la nouvelle si Wikipédia avait existé à l’époque et il n’y aurait pas eu de doute que cela aurait représenté un événement à portée encyclopédique.

La version originale de l’article anglais sur les attentats du 11 septembre 2001 a probablement été perdue dans les changements de logiciel de gestions qui ont eu lieu à peu près à ce moment. La plus vieille version qui figure sur le site date du 21 novembre 2001, mais elle semble assez bien développée, ce qui semble indiquer qu’elle a probablement été créée dans les jours qui suivent les attentats. Il n’y aucun doute que, même dans les minutes suivant les attentats, nous étions en train de vivre un moment marquant de l’histoire contemporaine. Je me rappelle, à l’époque, dans les heures qui suivaient ces attaques, on parlait de troisième guerre mondiale et de changement radical de l’attitude des Américains face au monde. Aurions-nous proposé la suppression de l’article pour cause d’absence de recul? Parce qu’on ne savait pas grand-chose de plus que le fait que des attentats importants avaient été commis? Je ne crois pas.

La beauté de travailler sur un wiki, c’est que les choses sont mouvantes. Au contraire d’une encyclopédie papier, publiée une fois par année, il n’y a pas de problème à rectifier les choses si l’importance d’un sujet change dans le temps, si des erreurs sont corrigées ou si une interprétation plus profonde est faite par la suite. Il ne suffit que d’appuyer sur le bouton « modifier » en haut de la page et de changer ce qui n’est plus valable ou d’ajouter ce qu’il y a de nouveau.

Cela dit, avec le recul qui viendra nécessairement avec le temps, il faut savoir porter un regard critique sur les écrits apportés dans le feu de l’action. Ce qui peut être captivant et important pour les médias pendant un certain temps peut devenir très anecdotique avec le recul.

Prenez par exemple la commission Bastarache qui a eu lieu au Québec en 2010. Pendant l’automne de cette année-là, on parlait des travaux de cette commission à tous les bulletins de nouvelles et dans tous les journaux. Des journalistes de tous les médias étaient assignés en permanence à la couverture de cette commission pendant plusieurs mois. J’avais entrepris de relater les événements de cette commission en détail et je pense avoir fait un bon travail à l’époque pendant le temps que je l’ai fait. Cependant, vers la fin du processus, il est devenu plutôt évident qu’il ne sortirait pas grand-chose de très juteux du rapport du commissaire et que cette commission ne passerait pas à l’histoire malgré les centaines d’heures et de pages de couverture qu’elle a suscitées. Aujourd’hui, je pense qu’il serait pertinent de revoir cet article pour y retirer les choses peu importantes et garder seulement l’essentiel. Cependant, il n’y a pas de doute qu’il s’agit d’un article qui a une importance encyclopédique pour le Québec.

Bref, il fait partie même de la définition d’un article d’actualité de comporter des imprécisions et un manque de recul. On y relate des événements qui viennent de se produire. Je pense cependant qu’il est important de rédiger ces informations dans un article pour qu’on en garde le souvenir. Ce que je propose à ceux qui jugent qu’on ne peut pas avoir de recul sur quelque chose qui vient d’arriver, c’est de se faire une liste de ces articles et d’y revenir dans un an. À ce moment, il sera possible de choisir une des voies suivantes :

1) Faire une demande de suppression parce que l’article n’a pas bien subi l’épreuve du temps. Si c’est le cas, il sera facile à ce moment de démontrer que l’objet de l’article n’a pas fait l’objet de suites.

2) Faire une refonte en profondeur de l’article pour retirer ce qui est anecdotique avec le recul. Sans supprimer l’article, il y a certainement des choses qui n’auraient plus besoin de s’y retrouver puisqu’elles n’ont pas acquis d’importance avec le temps. On pourra aussi ajouter à ce moment une analyse plus approfondie de la portée temporelle du sujet puisqu’elle sera établie à ce moment.

3) Laisser l’article tel qu’il est. Le sujet ayant pris une importance avec le recul étant donné qu’il a fait l’objet d’analyses et de reprises régulières, son article est tenu à jour et révisé régulièrement et il n’a plus lieu de s’inquiéter pour son admissibilité et son évolution.

Pour compléter cela par des exemples, à mon avis, les attentats du 11 septembre 2001 font partie de la catégorie 3. La Commission Bastarache fait partie de la catégorie 2; avec le recul, certains éléments sont moins importants qu’il n’en paraissait à l’époque, mais le sujet a tout de même une importance significative au Québec, ayant été un précurseur de la Commission Charbonneau qui est en cours. Anarchopanda est un autre exemple de la catégorie 2, celui-ci ayant fait l’objet d’une PàS mais ayant resurgi dans les médias dernièrement, confirmant qu’il fait l’objet d’une visibilité durable au Québec.

Je peine à trouver un exemple récent de quelque chose qui pourrait figurer dans la catégorie 1. J’imagine qu’il s’agit généralement d’événements qui font partie d’une suite plus grande et qui sont plutôt traités dans un article plus large. Par exemple, la démission d’un ministre pourrait faire l’objet d’un article lorsqu’elle se produit, mais finir par manquer de signification dans le temps et être déplacée dans l’article sur le gouvernement duquel ce ministre faisait partie ou vers l’article sur le ministre lui-même.

« Transférer sur Wikinews »

C’est une des armes préférées de ceux qui votent pour la suppression des articles d’actualité sur Wikipédia. Je dois dire que la chose est intéressante : il manque de contributeurs sur Wikinews et ce serait un grand plaisir de voir des habitués de Wikipédia consacrer un peu de leur temps à Wikinews. En fait, je suis tout à fait en faveur de cet argument!

Plus sérieusement, il y a deux choses à dire sur le sujet. D’abord, la licence de Wikinews ne permet pas de transférer du contenu de Wikipédia vers Wikinews. Ainsi, il faudrait plutôt dire : « sujet à traiter sur Wikinews ». Deuxièmement, Wikinews et Wikipédia ne devraient pas être mutuellement exclusifs tel que semble l’encourager cet argument. Au contraire, les deux sites devraient travailler main dans la main. Wikinews rapporte la nouvelle, jour après jour. Son travail est de supporter les articles sur un événement au fur et à mesure qu’il se produit. Telle personne a dit ceci sur le sujet, tel groupe a pris telle action, tels témoins ont affirmé telle chose. Wikipédia, de son côté, extrait de cette masse d’informations relatées au jour le jour une analyse plus globale dans une perspective encyclopédique : quels sont les moments clés et les acteurs importants de la nouvelle? Quel est l’impact global de cet événement? Dans quel contexte s’inscrit-il? Qu’en restera-t-il dans le futur? Ce sont là des questions plus encyclopédiques que d’actualité. Wikinews rapporte et, parallèlement, Wikipédia agrège et fait une analyse méta. Bref, leurs rôles ne sont pas exclusifs, mais bien conjoints.

« Wikipédia est une encyclopédie, pas un site web d’actualités »

Et pourtant… Quand j’ouvre la page d’accueil, un cadre montre les actualités. Plusieurs versions linguistiques de Wikipédia présentent des éphémérides (qui sont en fait des actualités importantes du passé). Il y a donc une certaine contradiction : Wikipédia n’est pas un site d’actualité; Wikipédia est un site dont la page d’accueil présente des actualités.

D’ailleurs, la contradiction va plus loin : personne ne va venir contester la présence, le jour même, des résultats d’élections dans les articles ou des résultats des compétitions sportives majeures (comme les olympiques). À gauche et à droite, on aura le classique débat sur le moment où le président devient le président (est-ce quand il est élu, quand il est assermenté, quand il siège pour la première fois, quand l’élection cesse d’être contestée, etc.?), mais on ne se dispute pas à savoir si les résultats doivent être publiés ou pas. Pourtant, le jour de leur publication, ils sont aussi incertains, éphémères, sans recul et sans portée encyclopédique durable que les attentats de lundi. Ainsi, Wikipédia n’est pas un site d’actualité, sauf dans sa page d’accueil et dans le contenu de ses articles.

En plus, comme je l’ai déjà dit, ce n’est pas comme si Wikipédia n’était pas faite pour être modifiée en direct…

« Pas de sources »

Ouais... Passons…

Kouacéquetuproposesdebord?

Au final, ça revient à ceci : on pourra toujours faire une PàS pour chaque événement d’actualité pour lequel on crée un article sur Wikipédia, il y aura toujours absence de consensus sur la question. En effet, pour chaque personne qui tient un des arguments que j’ai nommés plus haut ou un autre pour la suppression, on trouvera une autre personne qui sera également ou plus virulente pour la conservation de l’article parce que « sourcé » ou « important » ou « très visité » ou autre chose. Et les règles de Wikipédia en français et de ses PàS sont claires : pas de consensus => conservation de l’article.

C’est donc une bataille contre des moulins de demander la suppression par des PàS de page sur des actualités. Aussi bien les laisser exister et essayer de les rendre les plus encyclopédiques et neutres possible. D’autant que ce sont des articles qui seront très visités. Ce que l’on veut donc c’est qu’ils soient bons, neutres et rapidement écrits pour que le fort trafic causé par ces articles fasse augmenter la crédibilité de l’encyclopédie. Mettons nos énergies là-dessus plutôt que sur des débats stériles à chaque fois et nous améliorerons les choses.

Finalement, pour ceux qui votent systématiquement pour la suppression, faites-vous une petite liste personnelle de ces articles qui vous titillent (voici l’adresse pour la créer : [[Utilisateur:VOTREPSEUDO/listedesarticlesafairesupprimerunanaprèsleurcréation]]). Attendez un an et demandez-en la suppression quand il deviendra évident que ces articles ne sont pas nécessaires et peuvent être fusionnés à d’autres articles.

P.-S. : Je vous invite à commenter cet article plus bas. Dites-moi où je suis dans l’erreur ou commentez d’autres arguments que vous trouvez faibles. On pourra référer à cette page plutôt que de refaire le débat à chaque fois.

Publié dans Mes deux cents, Wikipédia | Tagué , , , | 3 commentaires